RCA : le Conseil des droits de l'homme inquiet de la reprise des violences à Bangui

Écouter /

Distribution d'aide à Bangui, en République centrafricaine, en juillet 2015. Photo OCHA

Lors de l'examen du rapport sur la situation des droits de l'homme en République Centrafricaine, il a été beaucoup question de ce regain de violence à Bangui qui a fait plus de 30 morts et près de 100 blessés. A en croire une Experte indépendante de l'ONU, les institutions de la Transition et les efforts de stabilisation sont directement menacés par ces violences.  Et à Genève ce mercredi, beaucoup redoutent que ces tensions dans la capitale centrafricaine se propagent également à l'intérieur du pays.

 

Au Conseil des droits de l'homme, l'Experte Indépendante sur la situation des droits humains en République Centrafricaine redoute que ces violences soudaines à Bangui ne fassent retomber le pays dans un conflit intercommunautaire. Marie-Thérèse Keita Bocoum craint une généralisation des abus qui pourraient avoir un effet dévastateur sur la RCA et l'ensemble de la sous-région.

« Ces développements sont très préoccupants et je crains que si ces violences ne sont pas rapidement contenues, les attaques ciblées sur une base ethnique et religieuse risquent inévitablement d'augmenter, et conduire à une véritable guerre civile ».

Pour l'Ambassadeur de la Centrafrique à Genève, l'urgence aujourd'hui est d'ordre sécuritaire par aider Bangui dans ses efforts de rétablissement de la paix.  Léopold Ismaël Samba :

« Cette jérémiade et ces manipulations par les ennemis de la paix en Centrafrique ne doivent  pas divertir la communauté internationale, laquelle je prends ici à témoin afin qu’elle double de vigilance pour épargner à ce peuple meurtri la persistance de son calvaire ».

Au cours des débats, plusieurs délégations ont rappelé le besoin urgent d'un dialogue intercommunautaire pour prévenir une escalade de la violence sur une base ethnique ou religieuse en Centrafrique.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec des extraits sonores de Marie-Thérèse Keita Bocoum, Experte Indépendante sur la situation des droits humains en RCA ; et Léopold Ismaël Samba, Représentant permanent de la Centrafrique auprès de l'ONU à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...