Pour Ban Ki-moon, les politiques de paix, de sécurité et de développement actuelles sont un échec

Écouter /

Ban Ki-moon Secretaire general des Nations Unies. Photo ONU/Evan Schneider

Lors d'une conférence de presse mercredi, le Secrétaire général des Nations Unies a souligné que le contexte actuel à la veille de la 70ème Assemblée générale est à la fois chaotique et plein d'espoir. Chaotique car de nombreux conflits se sont détériorés et les civils payent un lourd tribut. L'espoir provient du fait qu'un nombre particulièrement élevé de chefs d'État feront le déplacement au Siège de l'ONU pour chercher des solutions et adopter un nouvel agenda en matière de développement.

Ban Ki-moon se félicite de la venue du Pape François le 25 septembre, l'un des temps forts d'une série de réunions de haut niveau. Il a aussi indiqué que les Objectifs de de développement durable représentent les aspirations des peuples à une vie meilleure.

Après avoir évoqué les derniers événements en Syrie, au Yémen et en Libye Ban Ki-moon a indiqué que 100 millions de personnes ont besoin d'un soutien urgent à travers le monde. Pour autant les opérations humanitaires manquent cruellement de fonds, a-t-il rappelé.

Pour le Secrétaire général, les conflits ont entraîné une rupture des systèmes de gouvernance, un désespoir au niveau économique et généré un déplacement de population inconnu depuis la Seconde Guerre mondiale. Au total 60 millions de personnes ont dû prendre la fuite.

A ce propos le chef de l'ONU a annoncé la tenue d'une réunion de haut-niveau le 30 septembre afin de mobiliser une réponse effective, plus humaine face à la crise des réfugiés, exhortant les États à prendre leurs responsabilités et s'acquitter de leurs obligations légales.

Selon lui les crises actuelles reflètent l'échec de politiques inadéquates en matière de paix, de sécurité et de développement. Ban Ki-moon préconise trois changements majeurs : mettre un accent particulier sur la prévention des conflits et la médiation; améliorer la rapidité des missions de maintien de la paix et des missions politiques; renforcer les partenariats avec les organisations régionales telles que l'Union Africaine.

Pour le Secrétaire général, la réforme des opérations de maintien de la paix doit être rapide. Il a donc appelé les États membres et le Conseil de sécurité à soutenir pleinement cet effort.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...