Ban Ki-moon annonce des mesures pour éradiquer les abus sexuels commis par des Casques bleus

Écouter /

Troupes de la MONUSCO déployées en RDC (Photo archives : Radio Okapi/ Sylvain Liechtin)

A l’occasion d’une réunion avec les pays fournisseurs de contingents aux missions de la paix de l’ONU, le Secrétaire général de l’Organisation, Ban Ki-moon, a annoncé jeudi une série de mesures visant à mettre fin aux abus sexuels commis par le personnel onusien déployé en mission sur le terrain.

« Vos fils et filles risquent leur vie dans certaines des régions les plus dangereuses au monde pour protéger les plus vulnérables, tout en faisant avancer la cause de la paix », a commencé par saluer M. Ban dans un discours prononcé au siège de l’ONU, à New York, à l’attention des représentants des principaux pays fournisseurs de contingents et personnels de police.

« Pourtant, comme nous l’avons malheureusement constaté, l’intégrité de leur mission peut être remise en cause, voire compromise, par des cas flagrants d’exploitation et d’abus sexuels », a-t-il ajouté, en référence notamment aux récentes allégations d’abus sexuels impliquant des Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

« Malheureusement, il n’est pas nécessaire de vous rappeler qu’il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau », a noté le Secrétaire général, affirmant que davantage devait être fait pour y mettre fin.

« Tout comme nous ne pouvons pas déployer avec succès sur le terrain des missions de la paix sans votre aide, nous avons besoins de votre soutien et engagement pour mettre fin à l’exploitation sexuelle et aux abus », a-t-il ajouté.

« Les enquêtes doivent être rapides et approfondies. Les auteurs doivent être punis. La tolérance zéro doit être la norme », a affirmé le chef de l’ONU, avant de lister sept mesures qui, selon lui, nécessitent l’appui urgent et sans faille des Etats membres : mieux sensibiliser le personnel aux mauvaises conduites avant son déploiement ; sélectionner systématiquement du personnel sans antécédents d’abus sexuels ; mener des enquêtes rapides et efficaces en cas d’abus et veiller à ce que justice soit faite ; imposer des sanctions financières aux auteurs ; renforcer l’assistance aux victimes ; et améliorer les rapports rédigés sur le sujet.

« Je vais désormais inclure des informations liées aux pays concernés dans mes futurs rapports à l’Assemblée générale de l’ONU concernant le nombre d’allégations crédibles d’exploitation et d’abus sexuels impliquant du personnel militaire et de police », a déclaré M. Ban sur ce dernier point, avant de préciser que cette mesure n’a pas pour but d’humilier, mais répond à un besoin de plus de transparence.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...