OMS : nombre de suicides peuvent être évités

Écouter /

A l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, l’OMS publie un nouveau raport pour endiguer le fléau qui tue chaque année plus de 800 000 personnes (Photo : Crédit photo/OMS)

Alors qu’elle marque la 13ème Journée mondiale de prévention du suicide, l’Organisations mondiale de la santé (OMS) rappelle que nombre de drames sont évitables. Pourtant, toutes les 40 secondes, une personne se suicide quelque part dans le monde et bien plus tentent de mettre fin à leurs jours. Ainsi, chaque année dans le monde, quelque 800 000 personnes se suicident. Aucune région ni aucune tranche d'âge n'est épargnée. Il touche toutefois particulièrement les jeunes de 15 à 29 ans, chez qui il constitue la deuxième cause de mortalité à l'échelle mondiale. En fait, le suicide tue plus que les guerres et les homicides réunis.

Le suicide affecte les populations les plus vulnérables de la planète et plus particulièrement les groupes sociaux qui souffrent déjà de marginalisation et de discrimination. Ce grave problème de santé publique ne sévit pas seulement dans les pays développés. Il pèse plus lourdement encore sur les pays à revenu faible et intermédiaire où les ressources et les services, s'ils existent, sont souvent insuffisants pour identifier précocement, prendre en charge et aider les personnes en détresse.

Ces circonstances dramatiques et le manque criant d'actions entreprises en temps opportun font du suicide un problème de santé publique majeur auquel il convient de s'attaquer impérativement, sans plus attendre.

C'est la première fois que l'OMS publie un rapport en la matière. Ce document rassemble les connaissances acquises dans le domaine afin de faciliter l'action immédiate. Il vise à accroître la prise de conscience du véritable enjeu de santé publique que représentent le suicide et les tentatives de suicide et à faire figurer la prévention du suicide en meilleure place dans les priorités mondiales de santé publique. Il a pour objectif d'encourager les pays à développer ou renforcer leurs stratégies globales de prévention du suicide selon une approche multisectorielle de la santé publique. Afin de mettre en place une stratégie nationale de prévention du suicide, les gouvernements doivent assumer pleinement leur rôle de fédérateurs (leadership). Ils sont en effet en mesure de mobiliser une multitude de parties prenantes qui, en d'autres circonstances, ne collaboreraient pas. Les gouvernements sont également les mieux placés pour fournir et diffuser les informations nécessaires à une action éclairée.

Ce rapport propose des orientations pratiques sur les actions stratégiques que les gouvernements peuvent entreprendre en fonction de leurs ressources et des activités de prévention du suicide existantes. Il existe en effet des interventions basées sur les données factuelles qui sont peu onéreuses et efficaces, y compris dans les milieux défavorisés.

La publication de se rapport n'aurait pas été possible sans l'inestimable collaboration d'experts et de partenaires des quatre coins du monde. Nous tenons à les remercier pour leur immense travail et leur soutien indéfectible.

Le rapport de l'OMS se veut une ressource qui permettra aux décideurs politiques et aux autres parties prenantes de faire de la prévention du suicide une priorité. Les pays seront ainsi en mesure de développer en temps opportun une action nationale efficace et, de ce fait, d'apaiser la souffrance ressentie par les personnes, les familles, les communautés et la société dans son ensemble face au suicide et aux tentatives de suicide.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...