OMM : l'épisode actuel d'El Niño pourrait faire partie des quatre plus intenses observés depuis 1950

Écouter /

Des travailleurs agricoles dans une ferme au Guatemala. Photo Banque : mondiale/Maria Fleischmann

Dans son dernier bulletin, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) signale que l'épisode actuel d'El Niño pourrait même faire partie des quatre plus intenses qui aient été observés depuis 1950. Il devrait atteindre son intensité maximale entre octobre 2015 et janvier 2016. Ses conséquences sont déjà manifestes dans certaines régions et le seront encore plus pendant au moins les quatre à huit prochains mois.

 

Selon la FAO, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, El Niño a déjà provoqué de grosses pertes de récoltes en Amérique centrale. Suite à la sécheresse prolongée liée au phénomène El Niño qui a sérieusement entamé les productions céréalières du Salvador, du Guatemala, du Honduras et du Nicaragua, nombreux sont les agriculteurs qui nécessitent une assistance alors que la sous-région s'efforce de surmonter cette situation, a indiqué lundi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

D'après les premières estimations, les pertes de production seraient de 60% pour le maïs et de 80% pour les haricots, dues à la sécheresse provoquée par El Niño, phénomène climatique caractérisé par un réchauffement anormal des eaux de surface dans l'océan Pacifique oriental qui retarde les semis, réduit les superficies cultivées et freinent le développement des cultures.

(Extrait sonore : Omar Baddour, chargé du suivi du climat mondial à l'OMM; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...