Moyen-Orient : l'ONU soutiendra tous les efforts pour perpétuer les traditions de tolérance et de respect de la diversité

Écouter /

 

Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, et la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, lors d’une conférence  de presse commune à Paris, le 7 septembre 2015 (Photo Crédit : © UNESCO/ P. Chiang-Joo)

Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Ian Eliasson a participé le 8 septembre à Paris, à la Conférence internationale sur les victimes des violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient. Cette conférence organisée conjointement par les gouvernements français et jordaniens, à laquelle participait la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a été l’occasion de discuter de la purification culturelle systématique qui frappe les sociétés en Syrie et en Iraq, à travers la destruction du patrimoine et le trafic illicite. Les questions des persécutions des communautés pour des motifs religieux et ethniques, dirigé par des extrémistes violents, et dans le contexte d’une grave crise humanitaire, impliquant des millions de réfugiés et personnes déplacées ont été aussi été abordées.

Dans une interview avec la Radio des Nations Unies, le Vice-Secrétaire général est revenu sur le message qu'il a adressé lors de cette conférence. Il a fait valoir que les Nations Unies soutiendront tous les efforts et toutes les initiatives visant à rétablir et perpétuer les traditions moyen-orientales de tolérance et de respect de la diversité et du pluralisme.

Au cours de son allocution, Jan Eliasson a rappelé qu'en dix ans le nombre de Chrétiens en Syrie est passé de deux millions à 500 000. Un constat qui vaut également pour d'autres minorités comme les Yazidis et certaines minorités musulmanes. Ce faisant il a présenté huit recommandations. Ainsi, selon lui, il faut d’abord mettre fin au conflit en Syrie et au Yémen et œuvrer à trouver de solutions politiques. Il faut aussi réduire la violence en Libye et en Iraq. Il importe aussi de promouvoir la bonne gouvernance, la justice, la tolérance et la liberté religieuse. De même, il convient d'accroître les conditions de vie et les opportunités pour les jeunes de la région et de permettre à toutes les composantes de la société, notamment les femmes d'agir et de se faire entendre.

Parmi les autres points soulignés par le Vice-Secrétaire général, on notera la prochaine présentation en novembre d'un Plan d'action pour prévenir l'extrémisme violent, la nécessité de respecter les principes du humanitaires universels et le droit international et celle de mettre en place un système d'alerte précoce pour prévenir les violations atroces des droits de l'homme.

Lundi déjà, devant les journalistes, Jan Eliasson avait déclaré qu'il était venu exprimer la solidarité et le soutien aux actions de l’UNESCO et dire que « je suis entièrement derrière tous les efforts de l’UNESCO, » avant d'ajouter que « la destruction du patrimoine commun de l’humanité est un crime contre l’humanité tout entière, et un déni de l’identité des générations futures. »

Le Vice-Secrétaire général avait également souligné l’impact de la crise sur la Syrie et l’Iraq sur la région ainsi que sur l’Europe et le monde, en insistant sur la nécessité d’une stratégie politique réunissant toutes les actions pertinentes. Jan Eliasson avait aussi mis l'accent sur la grande responsabilité du Conseil de sécurité des Nations Unies à cet égard et sur les attentes croissantes de l’opinion publique mondiale pour que des actions soient prises- y compris pour soutenir les personnes déplacées en Syrie et en Iraq et les réfugiés dans la région et au-delà – et tracer un chemin vers une solution politique, en collaboration avec tous les États de la région.

(Interview : Jan Eliasson, Vice-Secrétaire général des Nations Unies ; propos recueillis par May Yaacoub)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...