Journée internationale : l'ONU appelle les Etats à surmonter leurs différences sur l'élimination des armes nucléaires

Écouter /

Une sculpture de St. Georges terrassant le dragon devant le siège de l'ONU à New York. Le dragon est fait de morceaux de missiles nucléaires soviétiques et américains. Photo : ONU

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a invité samedi tous les États à participer de façon constructive à un dialogue en vue d’atteindre l’objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires, et ce malgré les divergences de points de vue qui se sont encore récemment manifestées sur la question.

« L’année 2015 est celle du soixante-dixième anniversaire du premier et du dernier emploi d’une arme nucléaire en temps de guerre », a déclaré M. Ban dans un message rendu public pour la Journée. « Le principe du rejet de l’emploi des armes nucléaires – les armes les plus destructrices jamais créées, susceptibles d’occasionner un coût exorbitant sur le plan humain – a résisté solidement pendant soixante-dix ans », a-t-il salué.

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé en 2013 le 26 septembre Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires afin de sensibiliser le public et les dirigeants aux bénéfices réels du désarmement nucléaire et d’attirer leur attention sur les coûts économiques et sociaux que la production d’armes nucléaires engendre.

« Mais pour avoir la garantie absolue qu’elles ne seront jamais réutilisées, il faut les éliminer totalement », a poursuivi le chef de l’ONU.

Dans la résolution portant création de cette Journée, l’Assemblée demande « que des négociations commencent au plus tôt, dans le cadre de la Conférence du désarmement, en vue de l’adoption rapide d’une convention globale relative aux armes nucléaires interdisant la détention, la mise au point, la fabrication, l’acquisition, la mise à l’essai, l’accumulation, le transfert et l’emploi ou la menace d’emploi de ces armes et prévoyant leur destruction ».

« La communauté internationale a proclamé l’objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires. Malheureusement, les États Membres sont de plus en divisés sur la question de savoir comment et quand il sera atteint », a déploré le Secrétaire général.

Ces divergences se sont manifestées très clairement lors de la Conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, qui s’est tenue au mois de mai cette année, a-t-il noté.

« J’invite tous les États à participer de façon constructive à un dialogue en vue de définir des orientations pour notre action future », a déclaré M. Ban.

L’élimination des armes nucléaires devrait également permettre de libérer un volume considérable de ressources qui pourraient être affectées à la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté hier par les Etats membre au siège de l’ONU à New York, a affirmé le Secrétaire général.

« Les conséquences de tout nouvel emploi des armes nucléaires, qu’il soit intentionnel ou accidentel, seraient épouvantables. Lorsqu’il est question de l’objectif commun du désarmement nucléaire, nous ne devons pas perdre de temps – nous devons agir immédiatement », a appelé M. Ban.

(Mise en perspective : Jean-Paul Hoenegger)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...