Guinée-Bissau : le Conseil de sécurité salue la nomination d’un nouveau Premier ministre

Écouter /

Le Représentant spécial du Secrétaire général en Guinée-Bissau,devant le Conseil de sécurité en août 2015. Photo ONU/Loey Felipe

Le Conseil de sécurité de l’ONU a pris note lundi de la nomination, le 17 septembre 2015, de Carlos Correia en tant que Premier ministre de la Guinée-Bissau, après plus d’un mois d’une crise politique à l’issue incertaine.

Avant cette nomination, M. Correia était le premier vice-président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), la formation politique majoritaire à l’Assemblée nationale du pays.

Dans un communiqué de presse rendu public lundi, les membres du Conseil ont accueilli cette nomination comme un pas important en direction de la fin de la crise politique qui frappe la Guinée-Bissau depuis un peu plus d’un mois.

Le 12 août dernier, en effet, le Président du pays, José Mario Vaz, avait limogé son Premier ministre d’alors, Domingos Simoes Pereira, en raison de divergences entre les deux hommes à la tête de l’exécutif. Cette décision avait plongé le pays dans une nouvelle crise institutionnelle.

Les membres du Conseil de sécurité ont salué le respect de la constitution et de l’état de droit dont ont fait preuve les forces de sécurité bissau-guinéennes, y compris la non-ingérence dans la situation politique. Les 15 membres ont également félicité la population de la Guinée-Bissau pour sa réaction pacifique face à la crise politique.

Le Conseil a toutefois insisté sur l’importance de parvenir à la formation d’un nouveau gouvernement « dans les plus brefs délais et dans le plein respect des procédures constitutionnelles ».

Il a par ailleurs souligné l’importance de la réconciliation nationale, du dialogue inclusif et de la bonne gouvernance en Guinée-Bissau. À cet égard, le Conseil a exhorté les acteurs politiques bissau-guinéens à entamer un dialogue continu et constructif, « dans les paramètres constitutionnels établis et dans le respect de la séparation des pouvoirs, afin de renforcer la gouvernance démocratique et de travailler à l’obtention d’un consensus sur les questions politiques clés, notamment pour la mise en œuvre des réformes nécessaires ».

Les membres du Conseil de sécurité ont salué l’approche coordonnée adoptée par les acteurs régionaux et internationaux durant cette crise, y compris la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union africaine (UA), les Nations Unies, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et l’Union européenne (UE).

Ils ont en outre mis en évidence les efforts déployés par les Présidents Macky Sall, du Sénégal, et Alpha Condé, de la République de Guinée, ainsi que par Olusegun Obasanjo, l’envoyé spécial du Président Muhammadu Buhari du Nigeria, en vue de faciliter le dialogue en Guinée-Bissau.

Le Conseil a réitéré son soutien envers le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Guinée-Bissau (BINUGBIS), Miguel Trovoada.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...