Conseil des droits de l'homme : Washington accepte les recommandations sur la lutte contre les discriminations raciales et la brutalité policière

Écouter /

Le Conseil des droits de l'homme a adopté, ce jeudi à Genève, le documents final résultant de l’Examen périodique universel s’agissant des États-Unis d'Amérique. Washington a ainsi accepté toutes les recommandations concernant les droits civils, qui invitent à la lutte contre les discriminations raciales et la brutalité policière, ainsi que celles qui concernent le système carcéral et l'amélioration des conditions de vie dans les prisons.

Néanmoins, plusieurs délégations, dont l'Irlande, ont regretté que les États-Unis n'aient pas accepté pas d'imposer un moratoire sur l'application de la peine de mort.

« Nous nous félicitions de l'engagement des Etats-Unis en faveur de l'élimination de la discrimination raciale et à combattre le recours excessif à la force par la police, a fait remarquer Mme Nuala Ní Mhuircheartaigh, Représentante permanente adjointe de l'Irlande auprès de l'ONU à Genève. Nous encourageons les Etats-Unis à continuer de poursuivre en justice les auteurs de violences policières. Nous déplorons le fait que les Etats-Unis n'aient pas accepté les recommandations de l'Irlande visant à imposer un moratoire sur les exécutions dans la perspective d'une abolition ultérieure de la peine capitale sur l'ensemble du territoire. Toutefois, nous restons préoccupés par la manière discriminatoire et arbitraire avec laquelle la peine de mort est mise en œuvre ».

A cet égard, le Vice-secrétaire d'État adjoint du Bureau démocratie, droits de l'homme et travail a fait observer qu'aucune règle internationale ne l'interdit. Néanmoins, Scott Busby a fait observer que la Haute cour du Connecticut avait déclaré la peine de mort inconstitutionnelle dans cet État, tandis que le Nebraska l'avait abolie.

L'examen du rapport des Etats-Unis a été aussi l'occasion pour revenir sur la question de la discrimination raciale et le recours excessif à la force par les policiers. La mort récente de citoyens noirs aux mains de la police fait resurgir un vieux débat aux États-Unis. Ceux-ci sont conscients du fait que la loi doit mieux tenir ses promesses s'agissant du respect des droits civils. Par l'intermédiaire du Département de la justice, l'État fédéral peut poursuivre, et poursuit effectivement, les autorités locales qui ne respectent pas les droits fondamentaux des citoyens.

(Extrait sonore : Mme Nuala Ní Mhuircheartaigh, Représentante permanente adjointe de l'Irlande auprès de l'ONU à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...