Ban Ki-moon appelle à accélérer l’entrée en vigueur du traité d’interdiction des essais nucléaires

Écouter /

Une sculpture de Saint Georges terrassant le dragon devant le siège de l'ONU à New York. Le dragon est fait de morceaux de missiles nucléaires soviétiques et américains. Photo : ONU

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi les Etats dont la ratification est nécessaire pour que le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) entre en vigueur à le faire sans tarder, en vue de mettre fin à la stagnation actuelle sur la question des armes nucléaires.

« Depuis la dernière Conférence, l’Angola, la République du Congo et Niue ont ratifié le TICE, qui compte désormais 164 Etats parties », a salué M. Ban lors de la 9ème Conférence pour faciliter l’entrée en vigueur du TICE, qui avait lieu au siège de l’ONU, à New York, en marge du débat général de la 70ème Assemblée générale de l’Organisation.

« Mais près de deux décennies après sa négociation, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires n’est toujours pas entré en vigueur », a toutefois déploré le chef de l’ONU.

« En utilisant mon nom ‘Ban’, je suis déterminé à bannir tous les essais nucléaires », a déclaré avec humour le Secrétaire général, ajoutant qu’il était personnellement déterminé à faire tout son possible pour que le TICE entre en vigueur.

Cette Conférence avait lieu un mois après la Journée internationale contre les essais nucléaires, le 28 août, et trois jours après la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires, le 26 septembre. A ces occasions, le Secrétaire général avait affirmé sa volonté de réaliser la vision d’un monde exempt d’armes nucléaires.

« La Conférence des parties chargée de l’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires [en mai 2015] n’a pas permis de parvenir cette année à un consensus », a poursuivi M. Ban, ajoutant que, bien au contraire, cette réunion avait révélé de profondes divergences entre États sur la question des armes nucléaire.

« Cela a été un rappel clair de la nécessité urgente de combler les divergences et de trouver un terrain d’entente sur les questions nucléaires », a déclaré le chef de l’ONU, tout en soulignant que le TICE constitue précisément un terrain d’entente.

« Son entrée en vigueur pourrait avoir l’effet d’un ‘disjoncteur’ pour mettre fin à la stagnation actuelle. En ratifiant le traité, les États prouvent qu’ils sont disposés à mettre leurs paroles en actes », a affirmé M. Ban.

Le Secrétaire général a par conséquent appelé les huit Etats dont la ratification est nécessaire pour que le traité entre en vigueur à ratifier le TICE sans tarder. Ces huit Etats sont : la Chine, la République populaire démocratique de Corée, l’Egypte, l’Inde, l’Iran, Israël, le Pakistan et les Etats-Unis.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...