AG70: 70 après leur création, le Président du Sénégal appelle à la réforme des Nations Unies

Écouter /

Le Président du Sénégal, Macky Sall, au micro de la Radio des Nations Unies. (UN Photo: Maoqi Li)

Soixante-dix ans après la création des Nations Unies le monde a changé a indiqué le Président du Sénégal, Macky Sall lors d'une interview à la Radio des Nations Unies mardi, précisant que plus de 121 pays se sont rajoutés aux 51 pays fondateurs de l'Organisation internationale.

Aucun des pays africains pour l'essentiel n'étaient indépendants au moment de la création de l'Organisation et quand on voit l'ordre du jour du Conseil de sécurité qui concerne surtout l'Afrique, il est normal que les Africains aient une voix au chapitre et participent pleinement aux travaux du Conseil de sécurité, a expliqué Macky Sall, réaffirmant son attachement à la position africaine commune sur la réforme du Conseil, conformément au Consensus d'Ezulwini.

Le Président sénégalais a également appelé à reformer les opérations de maintien de la paix pour que les mandats soient adaptés aux natures des crises qui se posent, y compris avec le terrorisme qui est en force sur les terrains d'opération.

« Il faut que nos Casques bleus soient à même réellement de restaurer la paix et d'avoir les moyens de combattre ces groupes extrémistes avec tout ce que cela requiert, un mandat clair, offensif s'il le faut, du matériel adéquat pour limiter le nombre de Casques bleus qui perdent la vie dans les terrains d'opérations » a précisé le dirigeant ouest africain.

Macky Sall a également les questions des luttes contre les flux financiers illicites et la réforme des industries extractives.

Les flux illicites sont à l'origine de la perte de plus de 60 milliards de dollars par an pour le continent, selon le Président, alors que les contrats des industries extractives relèvent d'une époque ou les États étaient poussés à promouvoir leurs ressources au point de quasiment renoncer aux recettes fiscales.

Concernant le changement climatique et la réunion sur le changement climatique qui se tiendra à Paris en décembre, le chef d'État sénégalais a demandé des engagements contraignants pour tous.

« On nous demande de renoncer à des sources d'énergies pourtant compétitives mais polluantes, comme les autres l'on fait durant des décennies » a-t-il expliqué, ajoutant « si nous devons renoncer il faut que les ressources de l'adaptation soient notre disposition ».

Macky Sall souhaite que les ressources nécessaires pour abandonner les énergies polluantes, y compris l'accès aux technologies modernes pour aller vers les énergies renouvelables, soient mises à disposition des pays en développement sur la base de subvention ou de compensation pour leur permettre de se développer de façon compétitive.

« Nous avons une planète unique et c'est dans la solidarité que nous devons régler le problème du réchauffement climatique», a conclu le Président.

(Interview: Macky Sall, Président du Sénégal; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...