Yémen : l'OMS toujours préoccupée par la détérioration de la situation humanitaire

Écouter /

Des enfants avec des jerrycans à Sana'a, la capitale du Yémen. Photo UNICEF/M. Yasin

Plus de quatre mille morts, 22.000 blessés et un pays ravagé par les combats entre les forces loyalistes et les rebelles houthis. Le conflit civil qui déchire le Yémen depuis des mois est sanglant, avec comme conséquences, une situation humanitaire toujours préoccupante.

Les effets combinés des violents combats, les restrictions sur les importations et le problème de carburant ont des conséquences dramatiques sur la santé. Les installations sanitaires ont été massivement attaquées, et selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 23 % de ces infrastructures sont pratiquement non-fonctionnels.

Chaque semaine, des hôpitaux continuent de fermer, laissant les civils sans accès aux soins sanitaires vitaux. Dernier épisode en date, la fermeture récemment du centre de dialyse rénal du Gouvernorat de Haradh en raison de la violence et de l’insécurité dans la région, empêchant ainsi le personnel et les patients d’accéder à l’établissement.

Pourtant, alors que les besoins sanitaires continuent de croître, l'OMS doit faire face à un manque de financement de ses opérations. Sur son appel de fonds de 151 millions de dollars, l'institution onusienne basée à Genève n'a reçu que 23 millions, laissant un déficit de financement de 85%.

Or l'OMS prévient que si elle ne reçoit pas des fonds nécessaires dans les prochaines semaines, plusieurs services de soins de santé essentiels seront contraints de fermer, notamment dans le domaine de la fourniture de médicaments, les soins chirurgicaux, les soins de santé primaires, les services de santé maternelle et infantile et la surveillance épidémiologique.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l’OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...