Une cérémonie originale parrainée par la FAO met la pomme de terre à l'honneur

Écouter /

Un homme vend des pommes de terre au marché à Erevan, en Arménie. Photo FAO/Johan Spanner

Des variétés de pommes de terre que l’on craignait disparues à jamais devaient être entreposées jeudi après-midi à perpétuité au fin fond des glaces de l’océan Arctique, a annoncé l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Cet évènement peu commun devait être marqué par une cérémonie en présence du Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, d’experts scientifiques et de délégations du Pérou, du Costa Rica et de la Norvège, a déclaré l’agence dans un communiqué de presse rendu public à Svalbard, en Norvège.

« La réserve mondiale du Svalbard, enfouie sous le pergélisol au cœur de la montagne à l’extrême nord du Cercle arctique, abrite déjà plus de 860.000 semences de cultures vivrières du monde entier », a expliqué la FAO.

Le fonctionnement de la réserve est cofinancé par le gouvernement norvégien et le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures (Crop Trust), dont la mission est de conserver la biodiversité agricole de la planète au profit de la sécurité alimentaire des générations actuelles et futures.

Au cours de la cérémonie, des représentants de communautés autochtones andines ayant contribué à la création du Parque de la Papa (Parc de la pomme de terre) à Cuzco, au Pérou, déposeront 750 semences de pommes de terre, a précisé la FAO.

Selon l’agence, la pomme de terre, qui est originaire des Andes en Amérique du Sud, est aujourd’hui le troisième aliment le plus consommé dans le monde et contribue à nourrir plus d’un milliard de personnes chaque jour.

Toutefois, le réchauffement de la planète, les maladies comme le mildiou de la pomme de terre, la modernisation de l’agriculture et les changements d’affectation des terres ont entrainé la disparition de nombreuses variétés de pommes de terre au cours des dernières décennies, a déploré la FAO.

« Face à cette situation, une coalition de partenaires locaux, régionaux et internationaux ont uni leurs forces pour réintroduire des variétés de pomme de terre dans les champs et préserver ces ressources phytogénétiques vitales dans des banques de gènes », s’est félicitée l’agence.

Les graines qui seront utilisées durant la cérémonie ont donc été obtenues grâce à des projets de partage des avantages liés à la découverte de nouvelles variétés agricoles, parrainés par le Traité international de la FAO sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

Aux agriculteurs se joindront également des scientifiques du Centre pour la recherche agricole de l’Université du Costa Rica, qui viendront ajouter des espèces sauvages apparentées à la pomme de terre à la réserve du Svalbard, qualifiée par la FAO de « plus grande collection de biodiversité agricole au monde ».

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...