RCA : il faut appuyer les évolutions positives de ces derniers mois, selon l'ONU

Écouter /

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU et chef de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), Babacar Gaye, au Conseil de sécurité. (Photo : ONU / Eskinder Debebe)

La situation en République centrafricaine a connu ces derniers mois une évolution positive marquée par des progrès au niveau politique et une amélioration de la situation sécuritaire, a expliqué mercredi le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Babacar Gaye, devant le Conseil de sécurité.

Les avancées enregistrées dans le processus politique notamment à la faveur du Forum de Bangui et du déploiement de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) dans près de 40 localités « ont contribué à l’amélioration de la situation sécuritaire qui reste toutefois fragile », a dit M. Gaye lors d’un exposé devant les membres du Conseil.

Selon lui, cette amélioration a permis des retours de déplacés internes et une reprise de l’activité économique. Ces mouvements de retour ont notamment eu lieu dans les localités où la MINUSCA est déployée.

« Cependant, de nombreuses parties du territoire demeurent affectées par les exactions de bandes ou groupes armés », a souligné le Représentant spécial. La MINUSCA est ainsi fréquemment informée d’actions de harcèlement, de racket, de détention arbitraire ou de violations graves des droits de l’homme.

Il a jugé préoccupante l’augmentation récente d’incidents violents sur l’axe principal qui relie la capitale Bangui au Cameroun, dans l’ouest du pays. Depuis le mois de mai, trois Casques bleus ont été blessés dans cette zone, et le 18 juillet des hommes armés ont tiré sur un véhicule du Programme alimentaire mondial (PAM) escorté par la MINUSCA, tuant un chauffeur camerounais.

Dans le centre du pays, les tensions intercommunautaires entre factions de l’ex-Seleka et groupes anti-Balaka dans les zones de Bambari et de Kaga Bandoro continuent à constituer des menaces sur la protection des populations civiles, a estimé M. Gaye. Dans l’est, les ex-Seleka continuent d’avoir une présence militaire significative même s’ils ne posent qu’une menace sécuritaire faible, a-t-il ajouté.

Enfin, dans le sud-est, les rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) continuent d’opérer, obtenant par la force de la nourriture et d’autres moyens pour survivre. La MINUSCA est en train d’établir trois bases temporaires dans cette zone affectée par la LRA pour améliorer la protection de la population civile et limiter la capacité de ces rebelles à mener leurs opérations.

Quant à Bangui, la sécurité s’améliore progressivement avec un retour graduel de personnes déplacées dans divers quartiers de la capitale.

Le Représentant spécial a rappelé que la situation humanitaire dans l’ensemble du pays restait inquiétante avec plus de 2,7 millions de personnes ayant besoin d’assistance, 450.000 réfugiés dans les pays voisins et près de 400.000 personnes déplacées à l’intérieur du pays, alors que l'appel humanitaire n'était financé qu'à 30 pour cent.

Babacar Gaye s'est félicité des principaux succès du Forum Bangui–esprit de dialogue, d’inclusivité, et sentiment que l'intérêt du pays a finalement prévalu—soulignant toutefois que le vote récent du Conseil national de transition de priver les réfugiés de leur droit de vote représente un pas en arrière alarment et un rappel que plus d’efforts de réconciliation doivent être menés.

 

Aussi le chef de la MINUSCA a signalé que malgré que le budget électoral ait été réduit de 18 pour cent, il reste un déficit de financement 11millions de dollars et a appelé les donateurs internationaux à s'engager davantage pour cet élément critique du processus de paix

« La République centrafricaine est à la croisée des chemins, les étapes à venir sont difficiles car elles nécessitent du dépassement de la part des leaders, du pardon de la part de la population et de la justice au bénéfice de tous », a conclu le général Gaye, appelant la communauté internationale à continuer de soutenir le pays.

(Extrait sonore : Babacar Gaye, Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU et chef de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA))

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...