Nigéria : plaidoyer pour le développement durable et lutte contre le terrorisme au menu de la visite de Ban Ki-moon

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon, Photo ONU/Mark Garten

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, poursuit sa visite au Nigéria, visite entamée dimanche. A Abuja, il a rencontré le Président Muhammudu Buhari avec qui il a procédé à un tour d'horizon des questions d'actualité. Il a notamment évoqué les 17 objectifs de développement durable qui doivent être en principe adopté en septembre à New York, lors d'un sommet spécial. Ban Ki-moon a aussi abordé la question du changement climatique ainsi que celle de la bonne gouvernance, après la transition réussie entre l'ancien et le nouveau président nigérian. Une transition qui doit avoir valeur d'exemple pour le continent, a-t-il fait valoir.

Devant la presse, le Secrétaire général il est revenu sur le fléau du terrorisme au nord-est du pays et de Boko Haram. Il a rappelé que cela fera bientôt 500 jours que des dizaines de filles ont été kidnappées à l'école de Chibok.

Ban Ki-moon a aussi rendu hommage aux 24 personnes qui ont péri le 26 août 2011 dans l'attentat contre le bâtiment des Nations Unies à Abuja.

Le Secrétaire général a aussi effectué plusieurs visites dans les quartiers d'Abuja pour notamment rencontrer des jeunes filles bénéficiaires des actions du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Il a également rencontré des représentants de la société civile et du monde des affaires.

Dimanche, il s'était adressé aux gouverneurs du pays. Dans son discours, Ban Ki-moon avait affirmé que bien que de nombreux défis existent tels que la montée de l'extrémisme et de l'absence d'égalité des chances, c’est aussi un moment d'espoir.

Le chef de l’ONU a affirmé que les gouverneurs d’État jouaient un rôle fondamental dans l’avenir du pays, de la région, du continent et de notre monde, et plus particulièrement, dans la réalisation des objectifs de développement durables pour 2030.

Ban Ki-moon a souligné cinq façons dont les gouverneurs pouvaient contribuer à la réussite de ces objectifs, y compris en aiguillant l’agenda pour le développement afin qu’il réponde aux besoins des populations, même des plus vulnérables, et dans la promotion de l’égalité de genre et de la participation des femmes à tous les niveaux.

(Extrait sonore : Vannina Maestracci, porte-parole du Secrétaire général ; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...