Mali : la MINUSMA condamne une violation du cessez-le-feu dans la région de Kidal

Écouter /

Un Casque bleu sénégalais patrouille avec un soldat malien à Kidal en juillet 2013. (Photo: MINUSMA/Marco Dormino)

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a condamné dans les termes les plus forts lundi une violation du cessez-le-feu dans la région de Kidal, dans le nord du Mali, au cours du weekend.

Des confrontations armées ont opposé les 15, 16 et 17 août la Coordination des Mouvements de l’Azawad et la Plateforme dans la région de Kidal, respectivement à Touzek Oued, situé à 60 km au sud-est de Kidal, à l’est d’Amassine, 80 km au sud de la ville de Kidal, et sur l’axe Tabankort-Anefis à 45 km au sud-ouest d’Anefis jusqu’à ce matin, a indiqué la MINUSMA dans un communiqué de presse.

« En attendant les conclusions de l’Equipe Mixte d’Observation et de Vérification (EMOV), en route aujourd’hui vers Anefis pour établir les faits, la MINUSMA condamne dans les termes les plus fermes ces actes, commis en violation flagrante des accords de cessez-le-feu et de l’Accord de paix et de réconciliation nationale pour le Mali », a dit la MINUSMA.

« Le nombre croissant de violations préoccupe vivement la communauté internationale ainsi que la population et risque d’entraver les avancées effectuées vers une paix stable et durable pour le Mali », a ajouté la Mission.

La MINUSMA a rappelé aux parties responsables de la reprise des hostilités qu’elles devront répondre de leurs actes devant le Conseil de sécurité à travers sa résolution 2227 du 29 juin 2015. Ce dernier s’est déclaré disposé à envisager des sanctions ciblées contre ceux qui s’emploient à empêcher ou à compromettre la mise en œuvre de l’Accord de paix.

La MINUSMA a exhorté « les parties actuellement engagées sur le terrain a immédiatement cesser les combats » et a souligné qu’elle n’hésiterait pas à entreprendre toutes actions nécessaires conformément à son mandat et ses règles d’engagement pour protéger les populations civiles qui seraient en danger.

« La MINUSMA poursuivra ses bons offices auprès des parties concernées pour restaurer le respect du cessez-le-feu et les appelle à s’inscrire dans les arrangements sécuritaires inclus dans l’Accord de paix. Elle continuera à surveiller de près l’évolution de la situation sur le terrain », ajoute le communiqué de presse.

 

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...