Le Conseil partage la colère du chef de l'ONU au sujet d'abus présumés

Écouter /

Jeunes résidents à Bangui, RCA. Photo: BINUCA/Balepe Mokosso Dany

Le Conseil de sécurité de l’ONU a déclaré mardi partager la colère du Secrétaire général concernant les allégations d’exploitation et d’abus sexuels par des Casques bleus en République centrafricaine.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont également rappelé que le rôle des Casques bleus est de protéger les civils dans les zones où ils sont déployés et qu’ils doivent respecter notamment les droits de l’homme.

Lors d’une réunion par vidéoconférence jeudi avec les chefs de missions de maintien de la paix, Ban Ki-moon, leur a rappelé la tolérance zéro de l’Organisation en ce qui concerne les abus sexuels.

Ils ont dit attendre avec impatience que les conclusions de cette commission soient rendues publiques.

Le Conseil de sécurité a réaffirmé que les pays contributeurs de soldats et de policiers avaient pour responsabilité d’enquêter sur les allégations visant leurs troupes, d’engager des poursuites si nécessaire, et d’informer l’ONU, en temps opportun, des progrès et des résultats des enquêtes.

Le Conseil a regretté que certaines des allégations d’exploitation et d’abus sexuels, y compris les dernières en République centrafricaine, aient été portées à son attention par des acteurs extérieurs tels que les médias et des organisations non gouvernementales.

L’organisation non gouvernementale Amnesty International a affirmé la semaine dernière que des Casques bleus ont tué un adolescent de 16 ans et son père et ont violé une fillette âgée de 12 ans en République centrafricaine. Ces nouvelles allégations d’abus sexuels par des Casques bleus dans ce pays ont conduit à la démission du chef de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), Babacar Gaye.

Le Conseil a souligné l'importance d'une enquête rapide de l’ONU sur ces nouvelles allégations

Les membres du Conseil de sécurité ont souligné la nécessité pour les victimes et leurs familles de se faire assister lorsque de tels abus se produisent.

(Mise en perspective Jérôme Bernard)

 

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...