Iraq : le pays traverse la période la plus difficile de son histoire moderne, selon l'ONU

Écouter /

Le camp de Baharka, à 5 km au nord de Erbil, dans le nord de l’Iraq, abrite des milliers d’Iraquiens déplacés suite à la prise de territoire par l’EIIL. (Photo : © Emma Beals/IRIN)

Avec la publication des derniers chiffres sur le nombre de victimes publié par la Mission d'assistance des Nations Unies pour le pays (MANUI), le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Iraq, Jan Kubis, a qualifié la situation que traverse le pays depuis la montée du groupe État islamique en Iraq et au Levant (EIIL) l'été dernier, d'une des phases les plus difficiles de son histoire moderne.

Le chef de la MANUI a déploré le coût humain du conflit et appelle notamment à une action commune face à Daesch et son idéologie de la part de toute les composantes iraquiennes en tant que « véritables patriotes » pour mettre un terme à cette situation tragique.

En effet le mois de juillet a été le plus meurtrier de 2015, avec 1332 Iraquiens tués et 2108 blessés dans des actes de terrorisme, de violence et dans le contexte du conflit armé.

Le gouvernorat de Bagdad a été le plus touché, suivi de celui de Diyala, de Ninive et de Kirkouk.

Selon la Mission, depuis le début de son offensive l'EIIL, ou Daesch, s'est emparé des trois gouvernorats –Anbar, Salahaddin et Ninawa—soit un tiers du pays.

Les combats ont été d'autant plus meurtriers que les forces iraquiennes, soutenues par la coalition, mènent des combats dans la province d'Anbar.

 

 

(Interview : Eliana Nabaa porte-parole de la MANUI; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...