Hiroshima: le CICR s’inquiète des effets à long terme sur les survivants

Écouter /

Le mémorial pour la paix de Hiroshima. Photo UNESCO/G. Boccardi

Alors que les cérémonies de commémoration se multiplient au Japon, suite au 70 ème anniversaire du premier bombardement nucléaire, le Comité international de la Croix-Rouge parle des effets à long terme sur les survivants d'Hiroshima et Nagasaki.

Selon les chiffres de la Croix-Rouge à Nagasaki plus de la moitié des décès des survivants des bombardements atomiques sont dus au cancer. D'ailleurs les hôpitaux sous la houlette de la société de la croix rouge japonaise continuent de traiter des milliers de patients survivants. La Croix-Rouge a joué un rôle déterminant dans les opérations de soins pour les rescapés et survivants de ces bombardements, traitant des millions de patients. Toujours selon la Croix-Rouge le nombre de victimes immédiates et dans les jours qui ont suivi les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki, serait d'environ 340 000.

De son côté le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé jeudi à honorer la mémoire des victimes et des survivants de cette tragédie en faisant avancer la cause d’un monde exempt d’armes nucléaires.

Lors d’une cérémonie commémorative qui avait lieu à Hiroshima, le Secrétaire général a rappelé, dans un message lu par le Haut-Représentant par intérim des Nation Unies pour les affaires de désarmement, Kim Won-soo, la nécessité urgente de prendre les mesures nécessaires pour éradiquer définitivement les armes nucléaires.

« Sept décennies après leur première utilisation dans un conflit, nous sommes réunis en cette sombre occasion pour rendre hommage aux milliers de personnes mortes ce jour-là. Nous honorons également les survivants et leurs descendants, qui ont enduré par la suite de graves difficultés. L’ONU est avec eux, résolue à réaliser leur vision d’un monde exempt d’armes nucléaires », a déclaré M. Ban dans ce message.

Le chef de l’ONU a par ailleurs souligné que son engagement personnel en faveur de l’éradication de l’arme nucléaire avait été renforcé lors de sa visite à Hiroshima il y a de cela cinq ans.

M. Ban a rappelé que cette année 2015 marque également le 70ème anniversaire des Nations Unies, dont la première résolution adoptée par l’Assemblée générale exprimait son inquiétude face à l’utilisation des armes atomiques.

« Je fais mien votre cri de ralliement : jamais plus d’Hiroshimas. Jamais plus de Nagasakis », a ajouté le Secrétaire général, en référence au bombardement atomique de la ville japonaise de Nagasaki le 9 août 1945.

(Propos de Francis Markus, porte-parole du Comité International de la Croix-Rouge, recueillis par Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...