Grèce : près de 21.000 nouvelles arrivées de réfugiés la semaine dernière

Écouter /

Des réfugiés syriens arrivent sur l’île de Lesbos, en Grèce, après avoir effectué la traversée à bord d’un canot pneumatique depuis la Turquie (photo : HCR).

Ils sont des centaines de migrants et de réfugiés à tenter de se rendre en Grèce depuis la Turquie. Comme tous les jours depuis plusieurs semaines estivales, ils sont nombreux ces Syriens, Afghans et Iraquiens à s'aventurer dans ces traversées périlleuses sur des embarcations de fortune.  Près de 160.000 migrants ont ainsi débarqué sur les îles grecques de la mer Egée depuis le début de l’année, et 50.000 pour le seul mois de juillet.

 

Le nombre de réfugiés arrivant dans les îles grecques continue d’augmenter, avec une moyenne de 3000 personnes par jour. La dernière mise à jour du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) fait état de 20.843 personnes arrivées en Grèce par la mer pour la semaine du 8 au 14 août.  Concernant les arrivées de la semaine dernière, la grande majorité venait de Syrie avec presque 17.000 arrivées (82%). Les Afghans représentaient 14% (2847) du total et les Iraquiens 3% (582). Dans ces conditions, le HCR note que la « grande majorité de ces arrivants devraient recevoir le statut de réfugiés ».

Mais le nombre croissant de nouveaux arrivants combiné à la situation économique instable en Grèce mettent à rude épreuve les petites communautés insulaires qui manquent d’infrastructures et des services essentiels pour répondre de façon appropriée aux besoins humanitaires croissants.  « Depuis des mois, le Haut-Commissariat a lancé des avertissements concernant la crise grandissante des réfugiés sur les îles grecques », rappelle le HCR qui plaide pour un renforcement d’urgence des structures d’accueil sur les îles et dans le reste du pays.

L’agence basée à Genève recommande à Athènes de mettre en place une structure unique chargée de coordonner la réponse d’urgence à cette crise et « de mettre en place un mécanisme d’assistance humanitaire adéquat ». Les pays européens devraient soutenir la Grèce dans cette tâche, souligne encore le HCR. Une façon pour cette agence onusienne de rappeler que le sort des migrants et réfugiés en Méditerranée nécessite une réponse collective et de grande envergure basée sur les principes d’humanité, d’accès à la protection, d’une véritable solidarité et de partage de la responsabilité, à la fois au sein de l’Union européenne mais aussi avec des pays extérieurs à l’UE.

(Extrait sonore : William Splinder, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...