Burundi: l’ONU exhorte les autorités à protéger les militants des droits de l’homme

Écouter /

Soldat devant un bureau de vote dans la capitale du Burundi, Bujumbura: l'ONU s'inquiète de la détérioration de la situation sécuritaire. Photo MENUB

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, Michel Forst, a exhorté aujourd'hui le Gouvernement du Burundi à protéger tous les militants des droits de l'homme après l'attaque brutale et la tentative d'assassinat contre Pierre Claver Mbonimpa, l'un des défenseurs les plus connus du pays, survenues cette semaine.

Cette tentative d'assassinat est intervenue au lendemain du meurtre dans une attaque à la roquette du général Adolphe Nshimirimana. Un assassinat que condamne d’ailleurs le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme

Suite à l'assassinat du général Nshimirimana, le journaliste burundais et correspondant de l'AFP et de Radio France internationale (RFI), Esdras Ndikumana, avait été arrêté par des membres du Service national de renseignement (SNR) et roué de coups avant d'être libéré, avec un doigt fracturé.

Dans ces conditions, le Haut-Commissariat appelle Bujumbura à faire la lumière sur ces actes de violence, à traiter avec diligence les enquêtes sur d'autres assassinats politiques récents afin de traduire les auteurs en justice.

Le Haut-Commissariat s’est également préoccupé du nombre important d'arrestations arbitraires au cours des derniers mois. Michel Forst explique que l'attaque contre ce défenseur des droits de l'homme résulte d'une escalade de la violence au Burundi.

(Propos de Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme ; recueillis par Alpha Diallo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...