Burundi : l'ONU condamne l’assassinat d’un ancien chef d'état-major de l'armée

Écouter /

 

Des barricades incendiées à Bujumbura, la capitale du Burundi. Photo Desire Nimubona/IRIN

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a condamné lundi l’assassinat du colonel Jean Bikomagu, ancien chef d’état-major de l’armée burundaise, par des inconnus dans la capitale Bujumbura le 15 août.

Ban Ki-moon « transmet ses condoléances à la famille du défunt », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

Selon la presse, les assaillants ont ouvert le feu sur la voiture du colonel Bikomagu devant le portail de sa maison située dans le quartier de Kabondo, dans le sud de la capitale. Sa fille a été grièvement blessée.

L’assassinat du colonel Jean Bikomagu, qui a été chef d’état-major pendant la guerre civile (1993-2006), intervient une dizaine de jours après l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana.

« Le Secrétaire général est préoccupé par la tendance à une violence motivée politiquement au Burundi. Il se félicite de la décision du gouvernement de mener des enquêtes, de procéder à des arrestations et d’organiser les procès des auteurs des récents assassinats », a souligné son porte-parole.

« Le Secrétaire général appelle de nouveau tous les Burundais à reprendre un dialogue inclusif sans tarder afin de régler pacifiquement leurs différends. Il réitère également l’engagement des Nations Unies à soutenir les efforts visant à consolider la paix et la stabilité au Burundi », a-t-il ajouté.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...