Ban Ki-moon appelle le Burundi à renouer avec l’esprit de dialogue de l’Accord d’Arusha, 15 ans après sa signature

Écouter /

Des manifestants à Bujumbura, au Burundi, contre la décision du parti au pouvoir de désigner le Président en exercice, Pierre Nkurunziza, comme son candidat pour un troisième mandat présidentiel (avril 2015).Photo/Desire Nimubona / IRIN

Quinze ans après l’accord de paix pour le Burundi signé dans la capitale tanzanienne sous l’égide de Nelson Mandela, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé vendredi les autorités et responsables politiques du pays et le peuple burundais à renouer avec l’esprit de dialogue, de consensus, de démocratie et de résolution pacifique des différends incarné par l’Accord d’Arusha.

Il a en outre appelé les dirigeants burundais de tous bords à faire preuve de courage et de clairvoyance afin de transcender leurs différends.

M. Ban a rappelé qu’un mois après la signature de l’Accord d’Arusha, le Facilitateur du processus de paix burundais, l’ancien Président de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela, avait déclaré au Conseil de sécurité des Nations Unies : « Le Burundi est sur le point d’aborder un chapitre tout à fait nouveau de son histoire. L’histoire jugera très durement ceux qui ont délibérément choisi de barrer la route de la paix et du progrès ».

Faisant aujourd’hui écho au message de Mandela, le Secrétaire général a émis le souhait que tous les dirigeants politiques burundais, y compris ceux qui sont en exils, puissent trouver un terrain d’entente et faire preuve de leur engagement à consolider la paix et la stabilité que l’Accord d’Arusha a apporté au pays.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

 

Classé sous L'info, Secrétaire général.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...