Syrie : l’UNICEF salue le rétablissement de l’eau courante à Alep

Écouter /

Deux enfants transportent des jerrycans remplis d’eau à Alep, en Syrie (Photo d’archive). © UNICEF/NYHQ2014-3062/Rashidi

L'UNICEF a salué, mercredi la restauration en cours des systèmes d’approvisionnement en eau dans la ville d'Alep, en Syrie.

Les résidents d’Alep, en Syrie, étaient privés depuis plusieurs semaines d’accès à l’eau courante.

Selon l'UNICEF, cette interruption était liée à une combinaison de facteurs, notamment les coupures fréquentes d’électricité au sein de la ville et les actions de sabotage délibérément mises en œuvre par les parties au conflit.

La restauration des systèmes d’approvisionnement en eau est d’autant plus salutaire pour les habitants que les coupures d’eau courante augmentent les risques de maladies d’origine hydrique, en particulier chez les enfants.

« Ces coupures d’eau se sont produites au pire moment possible, alors que les Syriens souffrent d’une intense vague de chaleur durant l’été. UNICEF a indiqué que certains quartiers ont été dépourvus d’eau courante pendant près de trois semaines, ce qui a rendu des centaines de milliers d’enfants vulnérables à la soif, la déshydratation et la maladie.

Depuis début juillet 2015, 41% des enfants soignés dans les cliniques appuyées par l’UNICEF dans le gouvernorat d’Alep (environ 3.000 enfants) ont signalé qu’ils souffraient de diarrhée.

Pour faire face à la crise, l’UNICEF a triplé ses convois d’approvisionnement en eau par camion, passant de 800.000 à 2,5 millions de litres d’eau distribués chaque jour. En dépit de la violence en cours, ‘agence a pu livrer 15 litres d’eau par personne et par jour à environ 200.000 personnes dans certaines des communautés d’Alep les plus touchées. L’UNICEF participe également au forage de 50 puits pour trouver une solution sur le long terme à ce problème.

L'UNICEF demeure toutefois préoccupée par le sort de 500.000 résidents d’Alep qui peinent toujours à accéder à suffisamment d’eau au quotidien pour survivre.

L’UNICEF a par ailleurs appelé les parties à cesser de provoquer délibérément des coupures d’eau courante et d’entraver les distributions d’eau, en vertu du droit international humanitaire.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...