Syrie : de plus en plus d’enfants syriens travaillent dans des conditions d’exploitation

Écouter /

Talal Louai travaille dans un magasin de charbon, au Liban, pour aider à subvenir aux besoins de sa famille qui a du quitter la ville de Homs, en Syrie. Il ne va plus à l’école. Photo: UNHCR/A. McConnell

Le conflit et la crise humanitaire en Syrie poussent un nombre croissant d’enfants à travailler dans des conditions d’exploitation. Cest ce qu’indique un nouveau rapport publié jeudi par l’ONG Save the Children et l'UNICEF

D’après ce rapport, les enfants en Syrie contribuent désormais au revenu de leur foyer dans plus de trois quarts des familles interrogés. En Jordanie, les revenues générés par les enfants constituent l’unique source de revenu dans près de la moitié des familles de réfugiés syriens. Au Liban, des enfants syriens âgés d’à peine six ans  travaillent également.

Selon l’étude, les plus vulnérables parmi les enfants qui travaillent sont ceux impliqués dans les conflits armés, l’exploitation sexuelle et les activités illicites, y compris la mendicité organisée et la traite des enfants.

L'ONG Save the Children indique que la crise en Syrie a considérablement réduit les moyens de subsistance des familles et appauvri des millions de ménages dans la région, avec pour conséquence une augmentation du travail des enfants, qui a désormais atteint un niveau critique. A mesure que les familles sont de plus en plus désespérées, les enfants travaillent principalement pour leur survie. Que ce soit en Syrie ou dans les pays voisins, ils sont en train de devenir des acteurs économiques majeurs .

Le rapport constate qu’un nombre croissant d’enfants syriens sont employés dans des conditions de travail dangereuses, susceptibles d’endommager gravement leur santé et leur bien-être. Il travaillent pendant de longues heures pour un petit salaire, souvent dans des environnements extrêmement dangereux et insalubres. Parmi les dangers auxquels ils sont exposés: porter de lourdes charges, être exposés à des pesticides et des produits chimiques toxiques, travailler pendant plusieurs heures d’affilée.

Selon le rapport, trois enfants sur quatre interrogés dans le camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie ont signalé des problèmes de santé au travail et 22% des enfants employées dans le secteur agricole à Mafraq et dans la vallée du Jourdain ont été blessés dans le cadre de leur travail.

En outre, précise le rapport, les enfants qui travaillent sont bien plus susceptibles d’abandonner l’école que les autres enfants, ce qui ajoute aux craintes actuelles d’aboutir à une « génération perdue » d’enfants syriens.

Face à cette situation, l’UNICEF et Save the Children ont appelé leurs partenaires, les gouvernements concernés et la communauté internationale à prendre les mesures qui s’imposent pour remédier au travail des enfants syriens dans leur pays et dans les Etats voisins, notamment en améliorant l’accès aux moyens de subsistance de leurs familles, en garantissant une éducation de qualité et sûre pour tous les enfants affectés par la crise, en mettant fin aux pires formes de travail des enfants et en investissant dans le renforcement des services de protection de l’enfance au niveau national et communautaire.

(Mise en perspective: Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...