Soudan du Sud : l'ONU appelle à la cessation des hostilités

Écouter /

Il y a quatre ans, jour pour jour, naissait une nouvelle nation: la République du Soudan du Sud. Le Secrétaire général des Nations Unies était présent dans la capitale Juba, lors des festivités. Depuis, cependant, la situation y est grave. Le chef de l'ONU a rappelé la souffrance qu'endure actuellement la population locale exposée à énormément de violence, d'abus sexuel, depuis Décembre 2013. Au total plus d'1,6 million de personnes ont été déplacées, y compris 150 000 à la recherche de refuge dans les camps de protection de la MINUSS. À cela s'ajoute 600 000 réfugiés, dans les pays limitrophes, forcés de quitter les combats. De plus quelques 4,6 millions de personnes sont confrontées à une sécurité alimentaire sévère.

Au lieu du progrès et du développement escomptés, a poursuivi le Secrétaire général, plus de 1,6 million de personnes ont été déplacées, dont plus de 150.000 cherchent désormais refuge dans les sites de protection des civils de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS). L’insécurité alimentaire sévère guette environ 4,6 millions de personnes et plus de 600.000 civils ont été contraints de fuir dans les Etats voisins, a-t-il ajouté.

Tout en saluant le courage des travailleurs humanitaires et la dévotion du personnel des Nations Unies, qui continuent d’opérer dans le pays en dépit des conditions dangereuses, M. Ban a par ailleurs demandé aux parties de respecter le droit international humanitaire et de garantir l’accès sans entrave aux personnes dans le besoin.

De son côté, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, a déclaré que la persistance du conflit au Soudan du Sud, rendu plus atroce encore par l’escalade récente de la violence, entache les célébrations du quatrième anniversaire de la plus jeune des nations du monde.

« Je suis particulièrement préoccupée par la mort de tant d’enfants innocents durant les hostilités. Les enfants du Soudan du Sud ont été victimes des six violations identifiées par le Conseil de sécurité des Nations unies comme affectant de manière disproportionnée les enfants en temps de guerre. Ces violations sont le meurtre ou les mutilations, le recrutement ou l’utilisation d’enfants soldats, la violence sexuelle, les enlèvements, les attaques contre des écoles ou des hôpitaux et le refus de l’accès humanitaire », a déploré Mme Zerrougui.

La Représentante spéciale a fait part de sa révulsion face aux récentes atrocités dont auraient été victimes les enfants du pays au cours des dernières semaines et a appelé les parties à mettre fin à de telles violations et à traduire les coupables en justice.

(Propos d'Hervé Ladsous, chef des opérations de maintien de la paix; recueillis par Assumpta Massoi).

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...