Soudan du Sud : le Conseil des droits de l'homme lance une Mission d'établissement des faits

Écouter /

Aux termes d'une résolution intitulée « Mission d'établissement des faits pour promouvoir les droits de l'homme, le respect de l'obligation de rendre des comptes au Soudan du Sud », adoptée sans vote,  le Conseil des droits de l'homme prie le Haut-Commissariat aux droits de l'homme d'entreprendre une mission d'établissement des faits. Une mission menera une enquête approfondie sur les allégations de violations des droits de l'homme, d'exactions et de crimes connexes graves commis au Soudan du Sud.

L'Algérie, au nom du Groupe africain, s'est dit favorable au projet de résolution, à ses objectifs et aux mécanismes qu'il propose.

« Le projet  de résolution  recueille l’accord du groupe africain dans son ensemble, a souligné Boudjemâa Delmi, Ambassadeur de l'Algérie. Ce projet de résolution est porteur de plusieurs messages dont le souci de conférer aux questions de promotion et de protection des droits de l’Homme au Soudan du Sud une attention particulière. Ensuite, la nécessite de mettre un terme à toute violation des droits de l’Homme dans ce pays et de mettre un terme à toute espèce d’impunité. Enfin, l’implication du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme dans l’évaluation de la situation des droits de l’Homme au Soudan du Sud et la possibilité d’une assistance pour le renforcement des capacités. »

Les États-Unis, qui ont présenté ce projet de résolution, ont fait part de leur grave préoccupation au sujet de la situation au Soudan du Sud, un pays au bord de la famine où l'on assiste à une recrudescence des hostilités. Un nouveau mécanisme est nécessaire pour la légitimité même du Conseil, qui ne peut demeurer silencieux, a conclu l'Ambassadeur Keith Harper.

Le Haut-Commissariat présentera oralement à sa session de septembre 2015 un rapport préliminaire et le document final sera présenté en mars 2016. En attendant, le Conseil réaffirme qu'il est important de montrer que la communauté internationale continue d'être gravement préoccupée par la situation des droits de l'homme au Soudan du Sud. L'organe basé à Genève se déclare gravement préoccupé par les exactions et les violations du droit international humanitaire en cours au Soudan du Sud, notamment les exécutions extrajudiciaires et violences motivées par l'appartenance tribale ou ethnique, les viols et les autres formes de violence sexuelle et sexiste, le recrutement et l'utilisation d'enfants.

(Extrait sonore : Boudjemâa Delmi, Représentant permanent de l'Algérie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...