RDC: environ 1006 ex-combattants de Kota Koli transférés à Kamina

Écouter /

Gbadolite, province de l’Equateur, RD Congo : Le Ministre de la défense, des anciens combattants et de la réinsertion, Aimé Ngoy Mukena, accompagné du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU en RDC, David Gressly, et de la Directrice de la section de DDR/RR de la MONUSCO, Mme Taz Greyling, saluent les ex-combattants en instance de transfert vers les sites de regroupement de Kitona et Kamina. Photo MONUSCO/Abel Kavanagh

En République démocratique du Congo (RDC),  environ mille six ex-combattants de groupes armés de l'Est et leurs dépendants ont été transférés, depuis vendredi 26 juin, du centre d'entrainement commando de Kota Koli (Equateur) à la base militaire de Kamina, située à 600 km de Lubumbashi (Katanga). Ces personnes ont transité, durant deux jours, à l'aéroport de Gbadolite (Equateur) avant de prendre la route du Katanga.

Selon des sources de la région, seules deux cents personnes, dont des ex-combattants démobilisés et leurs dépendants, sont restées à Gbadolite en attendant leur évacuation à Kamina ou à Kitona.

Ces opérations d'évacuation ont été lancées le 24 juin dernier par le ministre de la Défense nationale, Aimé Ngoy avec l'appui logistique de la MONUSCO, la Mission des Nations Unies.

Malgré la crainte des habitants du quartier Mwanda, autour de l'aéroport de Gbadolite, la cohabitation avec ces ex-combattants a été pacifique et aucun incident n'a été signalé.

Les rotations qui se poursuivaient encore mercredi 1er juillet, sont effectuées en direction de la seule base militaire de Kamina qui réunit toutes les conditions requises pour l'accueil et l'apprentissage de ces ex-combattants démobilisés.

Aussitôt arrivés, ces ex-combattants vont entamer, pendant neuf mois, le processus de leur réinsertion sociale notamment avec l'apprentissage de petits métiers au choix pour qu'ils redeviennent autonomes et utiles, à leur retour dans leurs milieux d'origine.

Ces ex-combattants s'étaient soulevés, le 20 juin dernier à Kota Koli, pour dénoncer le retard de leur réintégration au sein des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), et la population locale avait marché pour réclamer leur évacuation immédiate.

Ces ex-combattants étaient issus de sept groupes armés de l'Est du Pays, dont des Maï-Maï Nyatura, le MCC, le M23 et le groupe Alleluia.

(Correspondance de Paul Richard Malengela, Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...