Patrimoine mondial : les vignobles de Bourgogne et de Champagne inscrits sur la Liste

Écouter /

Cave d’Aÿ, Champage, France (Crédit photo : © Michel Jolyot/Association Paysages du Champagne/UNESCO)

Le Comité du patrimoine mondial, réuni à Bonn, en Allemagne, jusqu’au 8 juillet, a inscrit ces dernières 48 heures une dizaine de sites dont deux sites français.

Le Comité a d'abord inscrit les climats du vignoble de Bourgogne, qui sont des parcelles de vignes précisément délimitées sur les pentes de la côte de Nuits et de Beaune, au sud de Dijon. Elles se distinguent les unes des autres par leurs conditions naturelles spécifiques qui ont été façonnées par le travail humain et peu à peu identifiées par rapport au vin qu’elles produisent. Ce paysage culturel est composé de deux éléments : le premier couvre des parcelles viticoles, les unités de production associées, des villages et la ville de Beaune. Cette première composante représente la dimension commerciale du système de production. La seconde composante est le centre historique de Dijon qui matérialise l'impulsion politique donnée à la formation du système des climats. Le site est un exemple remarquable de production viti-vinicole développé depuis le haut Moyen Âge.

Le Comité a, ensuite, inscrit les Coteaux, maisons et caves de Champagne. Il s'agit des lieux où fut développée la méthode d'élaboration des vins effervescents, grâce à la seconde fermentation en bouteille, depuis ses débuts au XVIIe siècle jusqu’à son industrialisation précoce au XIXe siècle. Le bien se compose de trois ensembles distincts : les vignobles historiques d'Hautvilliers, Aÿ et Mareuil-sur-Aÿ, la colline Saint-Nicaise à Reims et l'avenue de Champagne et le Fort Chabrol à Épernay. Ces trois ensembles –soit le bassin d'approvisionnement que forment les coteaux historiques, les unités de production (les caves souterraines) et les espaces de commercialisation (les maisons de Champagne)- reflètent la totalité du processus de production de champagne. Le bien illustre clairement comment cette production a évolué d'une activité artisanale très spécialisée à une entreprise agro-industrielle.

Lors de ces deux derniers jours, le Comité du patrimoine mondial, a également approuvé les Sites de la révolution industrielle Meiji au Japon, le site d'Éphèse en Turquie, le Système hydraulique de l’aqueduc de Padre Tembleque au Mexique ainsi que le Paysage culturel industriel de Fray Bentos en Uruguay. Il a par ailleurs approuvé l’extension du site des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne. Sont également inscrits, les sites du patrimoine industriel de Rjukan-Notodden (Norvège), La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus avec la Chilehaus (Allemagne), la Nécropole de Bet She’arim (Israël), le Pont du Forth (Royaume-Uni) et les Missions de San Antonio (Etats-Unis).

Samedi, le Comité avait ajouté deux sites au Danemark, ceux de Christiansfeld et le paysage de chasse par force de Zélande du Nord, et le Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel en Turquie.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...