OMS : il faut renforcer la prévention contre l'hépatite

Écouter /

Photo: OMS/D. Licona

A l’approche de la Journée mondiale contre l’hépatite, le 28 juillet, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a souligné jeudi le besoin urgent de renforcer les mesures nationales de prévention contre le virus et de veiller à ce que les personnes infectées soient diagnostiquées et correctement traitées.

L’OMS a annoncé son intention de se focaliser sur les hépatites de type B et C, toutes deux responsables d’environ 80% de tous les décès par cancer du foie et tuent près de 1,4 million de personnes dans le monde chaque année.

L’organisation a notamment mis en garde contre les risques de contamination liés à l’injection de sang contaminé, aux injections à risque et au partage de matériel d’injection.

Selon l'agence, environ 11 millions de personnes qui utilisent des drogues injectables sont atteintes d’une hépatite B ou C, tout en précisant que les enfants nés de mères souffrant d’hépatite B ou C ainsi que les partenaires sexuels des personnes atteintes du virus sont également à risque.

L’OMS a par conséquent souligné la nécessité pour tous les services de santé de réduire les risques en utilisant uniquement du matériel stérile pour les injections et autres procédures médicales. L’agence de l’ONU a également recommandé aux services médicaux de soumettre tous les composants sanguins qui leurs sont fournis à un test pour l’hépatite B et C (ainsi que le VIH et la syphilis).

Enfin, l’OMS a préconisé de promouvoir l’usage du vaccin contre l’hépatite B – il n’existe pas à ce jour de vaccin contre l’hépatite C – aussi bien chez les adultes que chez les enfants, dont environ 780.000 meurent chaque année des suites du virus.

(Mise en perspective Tsigue Shiferaw)

 

Classé sous L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...