L'ONU s'inquiète de la hausse du nombre de combattants étrangers dans les conflits armés

Écouter /

Un Casque bleu de l'ONU avec des armes collectées auprès de milices en Côte d'Ivoire.© ONU/Ky Chung

Au siège des Nations Unies se déroule aujourd'hui un groupe d'experts de l'ONU sur l'usage de mercenaires se réunit pour identifier le rôle croissant de combattants étrangers et leur impact sur les droits de l'homme. En effet en tant qu'étrangers il y a craindre qu'ils soient plus violents, vu qu'ils ne sont pas originaires du pays en conflit. Selon le  groupe d'expert  près de 20 000 combattants étrangers issus de 80 pays différents participent à des conflits comme la Syrie, la Libye, l'Iraq, la Somalie entre autre.  Pour Gabor Rona, membre du groupe la provenance de ces combattants et les motivations qui poussent ces gens à rejoindre des conflits armés à l'extérieur de leur pays varie. Pour certains d'entre eux l'appât du gain est un motif majeur voire principal, ils sont donc considérés mercenaires à part entière.

Environ 4000 combattants étrangers viennent d'Europe de l'Ouest, mais majoritairement du Moyen-Orient, de Russie et d'anciens pays membres de l'Union soviétique.

(Propos de Gabor Rona, expert de l'ONU sur les mercenaires, recueillis par Dianne Penn)