L'ONU espère des résultats concrets à la veille de la troisième conférence sur le développement

Écouter /

Wu Hongbo, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales. Photo/ONU

A quelques jours d’une Conférence sur le financement du développement, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires économiques et sociales, Wu Hongbo, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales. Wu Hongo souhaite que cette réunion aboutisse à la création d’un cadre de financement global pour la mise en œuvre du nouveau programme de développement durable qui doit être adopté à New York en septembre.

Selon Wu Hongbo la troisième Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba la semaine prochaine sera le premier des trois grands événements mondiaux qui auront lieu cette année, suivi par le sommet de septembre à New York pour l’adoption d’un nouvel ensemble d’objectifs de développement durable (ODD) et de la conférence sur le climat à Paris en décembre pour parvenir à un accord universel sur le changement climatique.

Environ 30 chefs d’État et de gouvernement ont prévu d’assister à la Conférence d’Addis-Abeba, ainsi que plus de 110 ministres des finances, des affaires étrangères et de la coopération au développement, auxquels s’ajouteront près de 1.000 représentants de la société civile et du secteur privé.

Selon Wu Hongbo, la conférence devrait permettre de fournir un cadre financier exhaustif à l’appui des futurs ODD.

« Le cadre sera ambitieux et universellement inclusif », a-t-il affirmé, tout en rappelant le principe directeur de la Conférence, à savoir « ne laisser personne de côté ».

Alors que les États membres parachèvent actuellement le projet de document final qui sera présenté la semaine prochaine dans la capitale éthiopienne, ce dernier devrait prendre en compte toutes les dimensions du développement durable et couvrir toutes les sources de financement du développement (publiques, privées, nationales et internationales), a ajouté le Secrétaire général adjoint.

« La fiscalité et l’aide au développement figurent en bonne place dans le projet de document final », a déclaré Wu Hongbo. « En outre, tous les États ont compris l’importance de la technologie, de l’innovation et du renforcement des capacités ».

En termes de résultats concrets, a ajouté le Secrétaire général adjoint, le projet de programme d’action d’Addis-Abeba devrait appeler à conclure un nouveau pacte social entre les gouvernements et leurs peuples, visant à garantir une protection sociale et des services publics de base pour tous, y compris l’accès à la santé, l’éducation, l’énergie, l’eau et l’assainissement.

« Il comprend également un ensemble de propositions pour les pays les moins avancés, y compris des mesures pour augmenter l’aide au développement et accroître les investissements directs étrangers, ainsi qu’un engagement à établir une nouvelle banque de licences de technologie pour les pays les moins avancés (PMA) d’ici 2017 », a-t-il expliqué.

(Mise en perspective : Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...