L'ONU demande à la république dominicaine d'éviter les déportations arbitraires

Écouter /

Près de 200 000 migrants Haïtiens vivent dans les bateyes, communautés situées près de plantation de canne à sucre en république dominicaine. Photo ONU HCR/Jason Tanner

Le groupe d'experts des Nations Unies sur les Peuples de descendance africaine exhorte le gouvernement de la république dominicaine à prendre les mesures requises pour empêcher les déportations arbitraires et adresser les allégations de profilage racial d'individus d'origine haïtienne.

Depuis le 21 juin dernier environ 19 000 personnes auraient quitté le territoire dominicain pour Haïti. Mireille Fanon Mendes-France, actuellement à la tête du panel d'experts craint que les difficultés expliquent que de nombreuses personnes d'origine haïtienne prennent les devants et quittent la république dominicaine, sans documents, pour éviter des déportations brutales avant le début officiel des déportations en août. Selon elle, il est difficile d'obtenir les documents nécessaires pour faire une demande de naturalisation ou de régularisation. De plus il y aurait aussi un manque d'information concernant ces déportations qui ont propagé une certaine crainte.

« La république dominicaine ne peut pas violer les normes internationales ou celles du système interaméricain de protection des droits de l'homme. Et surtout elle ne peut pas violer sa propre constitution » a souligné Mireille Mendes-France.

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...