L’ONU commémore le 20ème anniversaire du génocide de Srebrenica

Écouter /

Lors d'une visite en juillet 2012 au mémorial pour les victimes du massacre de 1995 à Srebrenica, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (dos à la caméra) se réunit avec des familles de victimes. Photo: ONU / Eskinder Debebe (photo d’archive)

L'ONU a organisé, mercredi, au Siège un évènement commémoratif pour marquer le 20ème anniversaire du génocide de Srebrenica, au cours duquel sont notamment intervenus le Secrétaire général, Ban Ki-moon ainsi que la nièce d'une des victimes, Adisada Dudic.

Toujours en attente de l'identification de la dépouille de son oncle, Adisada Dudic a notamment déclaré que lorsque l'on fait face à un « mépris éhonté » pour la vie humaine, les déclarations officielles de condamnation ne suffisent pas. Il faut, a-t-elle affirmé, y donner suite par des actes au lieu de faire des promesses dangereusement fausses et inadéquates de protection et d'apaisement.

Adisada Dudic a aussi dénoncé toute tentative d'appeler ce qui s'est passé à Srebrenica d’un autre nom que génocide, estimant que cela met non seulement à mal la possibilité d'une réconciliation et renforce la position de ceux qui nient le génocide et qui dirigent les efforts de sécession, mais banalise aussi la douleur et la souffrance des victimes du génocide, et minimise l'énormité du crime. « Le déni ne permet pas d'effacer les faits, il ne change pas le passé et n'efface certainement pas la mémoire », a-t-elle lancé.

Au mois de juillet 1995, 8 372 hommes et adolescents musulmans étaient massacrés à Srebrenica, pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine, dans une ville qui avait pourtant été déclarée « zone de sécurité » par l'ONU et où se trouvait un contingent de Casques bleus. Le génocide de Srebrenica est considéré comme le pire massacre perpétré en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Dans ses remarques, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a affirmé que ces meurtres atroces pèseront toujours sur la conscience collective. Il a aussi souligné que depuis, les mandats des opérations de maintien de la paix incluent systématiquement l'autorisation d'utiliser tous les moyens nécessaires pour protéger les civils.

(Extrait sonore : Adisada Dudic, nièce d'une victime de Srebrenica)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...