L'ONU appelle à la reprise du dialogue au Burundi

Écouter /

Des électeurs se rendent aux urnes, au Burundi. Photo/MINUB

Alors que les Burundais étaient appelés à voter mardi 21 juillet 2015 pour élire leur Président, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a appelé une nouvelle fois à la reprise du dialogue entre toutes les parties prenantes. Cette requête intervient suite à la suspension sine die de discussions inter-burundaises sous facilitation ougandaise. De leur côté des experts des droits de l’homme des Nations Unies ont dénoncé la semaine dernière le climat de répression et de peur qui ont entaché les élections législatives et locales du 29 juin ainsi que la campagne pour le scrutin présidentiel. Ils ont prévenu que le pays pourrait sombrer dans un conflit violent.

Dans une déclaration à la presse quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote au Burundi, le Secrétaire général a appelé les autorités à assurer la sécurité et la tenue pacifique de ce scrutin. Il a aussi exhorté toutes les parties à s’abstenir de commettre toute forme de violence qui pourrait compromettre la stabilité du Burundi et de la sous-région.

Le chef de l'ONU a rappelé que conformément au mandat du Conseil de sécurité pour une observation du processus électoral avant, pendant et après les élections, la Mission d’observation électorale des Nations Unies au Burundi (MENUB) continue de remplir ses fonctions et qu’elle a déployé à cette fin des observateurs sur tout le territoire Burundais.

Enfin, le Secrétaire général a invité toutes les parties à faciliter l’accomplissement de leur mission et a demandé en particulier au gouvernement d’assurer la sécurité des observateurs.

Depuis la décision du Président Pierre Nkurunziza d’être candidat à un troisième mandat, le Burundi connaît une grave crise politique poussant des dizaines de milliers de Burundais ont fui vers les pays voisins pour échapper aux violences.

(Mise en perspective Jérôme Bernard)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...