L'engagement de la RCA pour faire de la lutte contre l’impunité un élément central de la réconciliation nationale

Écouter /

Aristide Sokambi, Ministre de la justice, chargé de la réforme judiciaire et des droits de l’homme de la République centrafricaine (photo: ONU/J.M: Ferré)

« La population centrafricaine demande qu'il n'y ait plus du tout d'impunité en République Centrafricaine ». Tel est le message délivré par le Ministre de la justice de la RCA lors de son passage à Genève où il a assisté le mardi 30 juin aux travaux du Conseil des droits de l'homme sur la Centrafrique. A cet égard, Aristide Sokambi demande le soutien de la communauté internationale dans ce combat contre l'impunité. Bangui entend ainsi rappeler la  volonté de son peuple pour « faire de la lutte contre l’impunité un élément central du processus de retour à la paix et de la réconciliation» en RCA.

Sur le terrain, les autorités centrafricaines ont d'ailleurs renforcé leur arsenal juridique. Le chef de l’État de transition a ainsi promulgué, le 3 juin, la loi sur la Cour pénale spéciale. Cette cour sera compétente pour enquêter, instruire et juger les violations graves des droits de l’homme commises sur le territoire national depuis le 1er janvier 2003.

Par ailleurs, le Ministre a souligné que plusieurs auteurs de crimes et délits ont été arrêtés et mis derrière les barreaux. Le Gouvernement centrafricain a également saisi la Cour pénale internationale pour engager des poursuites contre les auteurs de crimes relevant de sa compétence.  Dominik Ongwen, un des chefs de l’Armée de libération du seigneur, a ainsi été arrêté et transféré à La Haye.  Enfin, l’accord signé entre le Forum national de réconciliation et les groupes armées exclut toute forme d’impunité, a souligné le ministre.

(Interview : Aristide Sokambi, Ministre de la justice, chargé de la réforme judiciaire et des droits de l’homme de la République centrafricaine ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...