Le respect des droits civils et politiques en France passé au crible

Écouter /

Vue de la Tour Eiffel et du Trocadéro, à Paris, 1947. Photo: ONU

Le Comité des droits de l'homme a examiné lors de sa dernière session qui s'est achevée vendredi, la mise en œuvre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques dans sept pays, dont la France.

Si les experts ont salué les mesures prises par cet État partie pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme, promouvoir l'égalité réelle entre les sexes ou encore ouvrir le mariage aux couples de personnes de même sexe, ils ont épinglé plusieurs points de préoccupations. Parmi lesquels les répercussions de certains aspects de la loi anti-terroriste qui existe en France, ainsi que de l’impact des activités de surveillance sur et à l’extérieur du territoire.

Les experts du Comité se sont aussi préoccupés des allégations d’abus commis par des soldats français sur des enfants en République centrafricaine.

Outre la France, au cours de cette 114ème session qui s'est tenue à Genève, les experts du Comité ont examiné la mise en œuvre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques au Canada, en Espagne, en ex-République yougoslave de Macédoine, en Ouzbékistan, au Royaume-Uni, et au Venezuela.

(Interview : Fabian Salvioli, Président du Comité des droits de l’homme. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...