La Commission Codex Alimentarius ouvre ses travaux

Écouter /

Photo: Banque mondiale/Maria Fleischmann

La Commission Codex Alimentarius a entamé, lundi, à Genève, les travaux de sa 38ème session, lesquels devraient notamment déboucher sur l'adoption de nouvelles normes visant à limiter l'administration de médicaments aux animaux producteurs d'aliments.

Parmi les autres décisions importantes qui devraient émerger de cette réunion : l'établissement de la teneur maximale de plomb dans les fruits et légumes, ainsi que de normes pour réglementer le bon usage d'additifs et de pesticides. Des recommandations seront aussi formulées pour prévenir les résidus de certains antibiotiques dans les aliments d'origine animale, ainsi que pour définir la teneur maximale de déoxynivalénolune, une toxine produite par une moisissure que l'on peut trouver dans certains aliments céréaliers destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants.

La Commission devrait également appuyer la création d'un nouveau fonds financé à hauteur de 3,3 millions de dollars et destiné à promouvoir une participation plus active des pays en développement dans la définition des normes internationales de sécurité alimentaire, et ce pour la période allant de 2016 à 2026.

En marge des travaux de la Commission, qui se dérouleront jusqu'au 11 juillet, l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture a par ailleurs présenté une Plateforme électronique qui vise à faciliter le partage des informations sur la sécurité des aliments génétiquement modifiés.

(Mise en perspective : Jérôme Bernard)

 

Classé sous L'info, Le Journal, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...