Iraq : faute d’assistance, les Iraquiens se tournent vers l'EIIL, avertit l'ONU

Écouter /

Ján Kubiš (Photo:UN Photo/Loey Felipe)

Un an après la tombée de Mossoul un tiers des Iraquiens se retrouvent sous la gouvernance de l’État islamique en Iraq et au Levant  (EIIL), sans aucun véritable retournement de la situation a déclaré ce mercredi le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Jan Kubis, devant le Conseil de sécurité, remarquant que si Tikrīt a été libéré en mars, Ramādī est tombé en mai.

Selon le Représentant spécial, depuis la montée en pouvoir de l'EIIL l'été dernier, l'Iraq traverse une des périodes les plus difficiles de son histoire.

Jan kubis a expliqué que « même si les problèmes semblent redoutables et persistants, il y a de l’espoir, des chances, notamment par rapport à la vision de sortie de la crise, telle qu'exprimée dans l’Accord politique nationale ». Pour le Représentant la vraie question serait la mise en œuvre de cet Accord. Il constate un manque de vigueur dans le processus.

Aussi, le chef de la mission onusienne en Iraq a affirmé que la situation humanitaire est des plus inquiétantes, avec 8,2 millions d'Iraquiens, soit un iraquien sur quatre, en besoin d'assistance urgente, et plus de 3 millions de déplacés.

Jan Kubis a tiré la sonnette d'alarme car les fonds pour financer les programmes d'aide onusiens manquent.

«Près de quatre-vingt établissements de santé vont fermer dans les semaines à venir, à moins de recevoir un soutien. Les rations alimentaires ont déjà été réduites et l'arrêt des dizaines de programme d'aide à la survie est programmé. Les répercussions sont énormes et profondément inquiétantes», a –t-il affirmé.

Le Représentant spécial a exhorté la communauté internationale à faire plus pour aider les communautés iraquiennes désespérément vulnérables.

« Nous sommes très préoccupés par les rapports selon lesquels les communautés et les familles sont forcées de se tourner vers l'EIIL pour obtenir une assistance essentielle, alors même que les programmes parrainés par l’ONU ferment par manque de financement » a souligné Jan Kubis.

(Extrait sonore : Jan Kubis, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Iraq)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...