Iran : le Conseil de sécurité adopte une résolution préparant la levée des sanctions

Écouter /

UN Photo/Mark Garten

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté lundi à l’unanimité la résolution 2231 préparant la levée des sanctions internationales contre l’Iran à la suite de la signature, la semaine dernière, d’un accord sur le programme nucléaire iranien à Vienne, en Autriche.

Le 14 juillet 2015, l’Iran et un groupe composé de six nations (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont annoncé avoir conclu un accord, intitulé le « Plan d’action global commun », dont les termes limiteront sensiblement la capacité de l’Iran à enrichir de l’uranium durant les dix prochaines années, en échange d’une levée des sanctions internationales pétrolières et financières visant le pays.

Dans sa résolution adoptée lundi matin, le Conseil de sécurité « approuve le Plan d’action global commun et exhorte les parties à l’appliquer intégralement conformément au calendrier qu’il prévoit ».

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est félicité de l’adoption de cette résolution dans une déclaration à la presse publiée peu après le vote du Conseil de sécurité.

« La résolution 2231 permettra d’assurer l’application du Plan d’action global conjoint (JCPOA). Elle établit des procédures qui faciliteront la mise en œuvre du JCPOA, permettant à tous les États de remplir leurs obligations contenues dans l’accord », a dit M. Ban.

« La résolution prévoit le retrait éventuel de toutes les sanctions liées au nucléaire visant l’Iran. Elle garantit que l’Agence internationale de l’énergie atomique continuera à vérifier la conformité de l’Iran avec ses engagements liés au nucléaire dans le cadre du JCPOA », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a déclaré que l’ONU était prête à fournir toute l’aide nécessaire pour donner effet à la résolution.

La plupart des membres du Conseil de sécurité mais aussi le Représentant permanent de l'Allemagne et son homologue de l'Iran ont également pris la parole.

Dans son intervention, le Représentant permanent de la France, François Delattre a salué l'adoption de cette résolution qui constitue un moment historique, tant pour la paix et la sécurité internationales que pour le Conseil de sécurité. Après douze années de crise nucléaire, un accord a enfin pu être trouvé le 14 juillet à Vienne avec l'Iran à l'issue de plusieurs mois de négociations intensives, a-t-il déclaré, avant d'ajouter que « cet accord trace d'abord un chemin exigeant vers l'établissement de la confiance dans le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien. Il prouve la pertinence et la solidité de notre régime de non-prolifération.»

L'ambassadeur français, a souligné que cet accord contribuera aussi à la stabilité régionale et internationale. «Un Iran doté de l'arme nucléaire aurait déstabilisé encore plus cette région déjà traversée par tant de crises. A l'inverse, avec cet accord, nous pouvons écrire ensemble un nouveau chapitre dans l'histoire de cette région.»

François Delattre a fait valoir que l'accord est le succès d'une méthode et le résultat de la fermeté. Selon lui, il appartient désormais au Conseil de sécurité, après avoir endossé l'accord de Vienne, de se porter garant de sa mise en œuvre. « Si le temps des négociations est terminé, vient en effet à présent celui de l'action et de la vigilance », a-t-il déclaré.

(Extrait sonore : François Delattre, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...