Haïti : il faut construire la résilience, estime Mourad Wahba

Écouter /

Photo : PNUD/MINUSTAH

Il faut construire la résilience en Haïti. Tel est le message principal de Mourad Wahba, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies dans le pays et pour la MINUSTAH, la Mission des Nations Unies.

Mourad Wahba revient notamment sur l'Appel transitoire (TAP) pour Haïti remplace et élargit le champ du Plan d'action humanitaire de 2014 et sert donc de plan stratégique et opérationnel intégré pour les actions humanitaires et de renforcement de la résilience mis en œuvre par les Nations Unies et ses partenaires sur la période 2015-2016.

L’Appel transitoire comprend également des interventions qui établiront les fondations d'une programmation du développement durable pour le prochain cycle de planification, ce qui permettra de corriger les vulnérabilités sous-jacentes, les déficiences structurelles et les déficits de capacités qui ont entraîné des besoins humanitaires.

Le TAP est le résultat d'un processus de planification participatif à grande échelle, qui implique plus de seize ministères, institutions et mécanismes nationaux, vingt entités des Nations Unies et des membres de la communauté des organisations non gouvernementales et de la société civile en Haïti.

Le processus de planification, qui s'est déroulé sur cinq mois, a été marqué par deux ateliers de planification majeurs et de nombreux exercices de validation.

Les conseils stratégiques et la supervision ont été assurés par un Comité de pilotage pour une planification concertée, composé du Ministère de la planification et de la coopération externe (MPCE) et du Bureau du Coordinateur résidant / Coordinateur des affaires humanitaires (RCO/HCO).

Le RCO/HCO et le système des Nations Unies ont apporté leur assistance au niveau de la coordination et de la compilation.

L'Appel sert plusieurs objectifs : il améliorera la coordination entre les acteurs humanitaires et du développement et fournira un mécanisme de suivi des contributions des partenaires à l'objectif commun de renforcement de la résilience dans le pays.

Il devrait aussi soutenir le plaidoyer en sensibilisant la communauté des organisations d'assistance à la situation des plus vulnérables.

Comme il s'accompagne de besoins financiers, tant pour l'action humanitaire que l'action à plus long terme de renforcement de la résilience, le TAP mobilisera aussi des ressources de nature humanitaire, transitoire et axées sur le développement.

L'on espère aussi que le TAP servira d'outil d'influence, pour orienter l'assistance au développement, vers des systèmes et des budgets nationaux visant les programmes les plus efficaces à favoriser la résilience des communautés les plus vulnérables.

Le TAP joue également un rôle de pont entre les cycles de planification et vise à renforcer le dialogue, l'analyse et la planification entre les communautés humanitaires et de développement.

Par-dessus tout, le TAP définit un plan d'accompagnement des acteurs nationaux dans leurs efforts pour mieux identifier, cibler et assumer la responsabilité de protéger et de soutenir les plus vulnérables en Haïti.

L'appel devrait être révisé à mi-parcours, d’ici la fin de l’année 2015, permettant d'intégrer une nouvelle analyse, revoir les facteurs qui influencent les exigences de programmation et opérationnelles, et mettre à jour les besoins de partenariats avec les homologues nationaux. En cas d'urgence, le TAP fournit un cadre pour la mise à jour rapidement des exigences relatives à l'action humanitaire.

(Interview: Mourad Wahba, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti; propos recueillis par Stéphanie Coutrix)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...