FAO : malgré des zones sensibles d’insécurité les perspectives de récolte céréalière alimentaire sont favorables.

Écouter /

Scène de marché à Barcelone, Espagne. Photo FAO/Alessia Pierdomenico

Grâce aux conditions favorables ayant régné à l’échelle mondiale pour les récoltes céréalières, la production sera supérieure aux prévisions, en dépit des appréhensions dues au phénomène El Niño, a déclaré jeudi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Toutefois un fort déficit de maïs en Afrique subsaharienne suscite des préoccupations croissantes, ainsi que de mauvais résultats dans d’autres zones victimes d’insécurité alimentaire.

Selon l’Indice FAO des prix des produits alimentaires, la production céréalière mondiale cette année devrait s’établir à 2.527 millions de tonnes, soit un recul d’1,1% par rapport au record de 2014, mais une amélioration par rapport aux projections du mois dernier.

Pendant ce temps, l’Indice des prix alimentaires a fléchi de 0,9% en juin par rapport au mois de mai. Il est désormais inférieur de 21% à celui d’il y a un an et à son plus bas niveau depuis septembre 2009.

Cette baisse s’explique essentiellement par un recul de 6,6% du prix du sucre et de 4,1% des prix des produits laitiers, qui ont largement annulé le redressement des cours de l’huile de palme et du blé. La demande croissante à l’échelle mondiale d’aliments pour le bétail – en particulier au Brésil, en Chine et aux Etats-Unis – soutient les prix des céréales secondaires, notamment du maïs.

Cependant, quelque 34 pays, dont 28 en Afrique – dont beaucoup hébergent des réfugiés en grands nombres – ont besoin d’une aide alimentaire extérieure.

Sur le continent africain, la production globale de 2015 s’annonce inférieure au résultat élevé de l’an dernier, l’ensemble des régions prévoyant des récoltes réduites, à l’exception de l’Afrique centrale et de l’Afrique du Nord.

La production globale de maïs – qui représente l’essentiel de la production céréalière de la sous-région – est estimée à 20,6 millions de tonnes, soit 26% de moins que le résultat exceptionnel de 2014.

La production céréalière de 2015 au Proche-Orient devrait récupérer du terrain après la sécheresse de l’an dernier.Mais les conflits continuent d’avoir un grave impact sur l’agriculture et l’Iraq, le Yémen et la Syrie sont toujours confrontés à une « aggravation de la crise humanitaire », selon le rapport de la FAO.

En Asie, une récolte record en Chine et au Pakistan devrait compenser les baisses accusées par les autres pays – essentiellement en Inde, compte tenu de la mauvaise récolte de blé. La production vivrière du Népal a subi les conséquences du séisme dévastateur, et en République populaire démocratique de Corée, une grave période de sécheresse devrait se traduire par une réduction de la production céréalière en 2015.

(Mise en perspective Jérôme Bernard)

 

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...