Conseil : le Représentant de la RDC attire l'attention sur les obstacles à surmonter avant les élections

Écouter /

Ignace Gata Mavita, Représentant permanent de la République démocratique du Congo, lors de son intervention devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Rick Bajornas

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en République démocratique du Congo, le Représentant permanent de ce pays a fait le point sur les principaux obstacles à surmonter pour assurer le bon déroulement des élections présidentielles et législatives, prévues en novembre 2016.

Ignace Gata Mavita a notamment parlé du calendrier électoral qui, a-t-il affirmé, a été contesté par l'opposition après sa publication; du financement du processus électoral dont le montant s'élève, a-t-il précisé, à plus d'un milliard de dollars, ainsi que de la sécurisation des élections, pour éviter les violences meurtrières qui ont marqués les scrutins de 2006 et de 2011.

Autre question clef, la participation d’anciens mineurs devenus majeurs en cours du cycle électoral qui, du fait de la loi électorale, en sort exclus. Le Représentant de la RDC a expliqué que cette loi prévoit, en effet, que cette frange importante de la population congolaise ne pourrait être prise en compte que lors des scrutins à venir, après le renouvellement du fichier électoral.

De son côté, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la RDC, a mis en avant les avancées réalisées pour combattre les FRPI. Depuis le 3 juin, l'action conjointe de la MONUSCO, la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC, et des forces armées congolaise, a en effet permis de neutraliser un quart des forces des FRPI.

Martin Kobler a toutefois déploré la paralysie dans laquelle se trouvent les opérations de lutte contre les FDLR.

(Extrait sonore : Ignace Gata Mativa, Représentant permanent de la République démocratique du Congo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...