Burundi : pour l'ONU seul le dialogue peut empêcher une dégradation de la situation

Écouter /

Le Representant spécial du Secretaire general des Nations Unies pour l’Afrique Centrale. Photo ONU/Yubi Hoffman

Quatre jours après les élections au Burundi, les réactions demeurent extrêmement discrètes, alors que la tension reste encore palpable. Abdoulaye Bathily, chef du bureau des Nations Unies pour l'Afrique centrale, avait été nommé le 21 juin dernier facilitateur pour le Burundi. Selon la presse, le parti au pouvoir a récusé cette nomination début juillet. Cependant, Abdoulaye Bathily, continue de suivre l'évolution de la situation politique au Burundi, car le pays est membre de la Commission Économique des États d'Afrique centrale, zone couverte par le mandat du Représentant spécial dans cette sous-région. Pour lui la poursuite des élections dans un climat aussi délétère ne fait que compliquer une situation déjà très tendue et il y a fort à craindre que cette crise ne s'étende dans toute la sous-région, comme il l'a indiqué au micro de Tsigué Shiferaw.

 

(Interview d’Abdoulaye Bathily, Représentant spécial du SG en Afrique Centrale, propos recueillis par Tsigué Shiferaw)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...