Addis-Abeba : la France pour « un monde à zéro carbone, à zéro pauvreté »

Écouter /

La pollution atmosphérique représente un risque pour la santé humaine et pour la biodiversité. Photo: ONU

La troisième Conférence sur le financement du développement réunit cette semaine à Addis-Abeba, en Éthiopie, des chefs d'État, de gouvernement et de nombreux ministres des cinq continents. Parmi eux, Annick Girardin, la Secrétaire d’État française chargée du développement et de la francophonie qu'a rencontrée Priscilla Lecomte, l'envoyée spéciale de la Radio des Nations Unies.

Annick Girardin est revenue, au lendemain de son intervention en plénière sur les questions qui font débat et les “initiatives concrètes” qui ont été présentées avant les prochaines échéances en particulier le Sommet de New York en septembre et la Conférence sur le climat qui se tiendra en décembre à Paris.

La Secrétaire d'État française a fait valoir que le projet de document final qui circule depuis le début de la conférence est un document équilibré. Selon elle, un tel document constitue une première marche de ce que la France veut écrire pour 2030, « un monde à zéro carbone, à zéro pauvreté ».

Annick Girardin a fait observer que de nos jours on ne parle plus que d'aide publique de développement (APD), mais de financement du développement, ce qui suppose l'association, l'implication de nouveaux acteurs telles que les ONG, les collectivités locales et territoriales, sans oublier les entreprises, même s'il importe de rappeler à ses dernières leur obligation d'assumer leurs responsabilités sociales et environnementales.

(Interview : Annick Girardin, la Secrétaire d’État française chargée du développement et de la francophonie; propos recueillis par Priscilla Lecomte)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...