Soudan : la CPI se dit déterminée à obtenir l’arrestation du Président Omar Al-Bachir

Écouter /

La Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, devant le Conseil de sécurité. Photo : ONU / Yubi Hoffmann

La Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a réitéré lundi devant le Conseil de sécurité de l’ONU la détermination de la Cour à obtenir l’arrestation du Président soudanais Omar Al-Bachir, qui est accusé de crimes commis dans la région du Darfour.

M. Al-Bachir fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI depuis 2009. Il est poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide au Darfour, où les violences ont fait plus de 300.000 morts depuis 2003.

Malgré ce mandat d’arrêt, le Président soudanais a réussi à se rendre dans plusieurs pays sans être inquiété. Ainsi, mi-juin, il a quitté précipitamment l’Afrique du Sud, où il était venu participer à un sommet de l’Union africaine, malgré une interdiction de quitter le territoire prononcée par un tribunal sud-africain.

« La détermination de mon bureau à apporter une justice indépendante et impartiale au peuple du Soudan reste inébranlable », a dit la Procureur de la CPI devant les membres du Conseil de sécurité. « Le départ précipité de M. Bachir d’Afrique du Sud prouve que les mandats d’arrêt contre lui restent valides, qu’ils sont toujours pleinement en vigueur et que mon bureau est déterminé à faire en sorte qu’ils soient exécutés ».

Mme Bensouda a estimé que la situation sécuritaire au Darfour continuait de susciter l’inquiétude et que les civils sont les premières victimes de l’instabilité et de l’insécurité, en particulier « à cause d’une campagne du gouvernement les visant ».

Elle a rappelé que l’enquête de la CPI sur les crimes présumés commis au Darfour continue, même si son rythme et son intensité ne correspond à ce que la Cour souhaiterait, en raison de ressources limitées.

« J’appelle quiconque ayant des informations fiables et d’éventuelles preuves de crimes actuels au Darfour à contacter mon bureau et à soutenir de manière active cette enquête », a déclaré Mme Bensouda.

Elle a également une nouvelle fois appelé les Etats parties au Statut de Rome définissant la CPI à promouvoir la coopération afin d’obtenir l’arrestation des individus recherchés par la CPI dans le cadre de la situation au Darfour.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...