Santé: Au Soudan du Sud, des milliers d'enfants en danger

Écouter /

©UNICEF/NYHQ2014-0336/Holt

Au Soudan du Sud, des milliers d'enfants sont en danger de mort en raison des combats, de la faim et des maladies. L'apparition du choléra aggrave encore la situation. 50 000 enfants risquent de mourir de faim. Avant la conférence qui débute demain à Oslo et sera consacrée à l'aide humanitaire dans ce pays africain, l'UNICEF lance un appel pour prévenir une tragédie.

A Juba, la capitale, le choléra s'est déclaré et il risque de se répandre rapidement dans les abris surpeuplés qui accueillent les réfugiés. Depuis le début du conflit en décembre 2013, plus d'un million de personnes sont en fuite et la moitié sont des enfants. «Le rêve d'un Soudan du Sud plus sûr et en paix a tourné au cauchemar pour les enfants», déclare la directrice générale adjointe de l'UNICEF, Yoka Brandt. «Les enfants du Soudan du Sud ont besoin d'une aide humanitaire immédiate. Les leaders politiques doivent veiller à la protection de leur vie, de leurs droits et de leur avenir. Le monde doit se solidariser – et leur venir en aide rapidement.»

De nombreux garçons et filles ont été tués ou blessés depuis le début des combats. Des milliers d'enfants ont perdu leurs parents ou ont été séparés d'eux au moment durant la fuite. L'UNICEF estime que 9’000 mineurs sont exploités comme enfants soldats par les deux parties en conflit. Pas loin de 50’000 enfants risquent, cette année, de mourir de la malnutrition et de la faim si les réfugiés ne reçoivent pas rapidement une aide substantielle. Les familles n'ont guère de quoi manger et se nourrissent de racines et d'herbes. Avant le début du conflit, le Soudan du Sud faisait déjà partie des pays dont le taux de mortalité infantile est l'un des plus élevés au monde.

L'UNICEF fournit de l'eau potable à des milliers de personnes et a soutenu l'aménagement d'un centre de traitement du choléra à Djouba. L'UNICEF fournit aussi des médicaments pour le traitement des patients qui ont contracté le choléra et forme des aides bénévoles pour prévenir la propagation de la maladie. Des équipes itinérantes examinent les enfants dans les régions difficiles d'accès afin de dépister les signes de malnutrition et d'assurer un traitement au moyen d'une nourriture spéciale qui permet de sauver des vies. L'UNICEF a aménagé en outre des écoles provisoires et des zones d'accueil où les enfants bénéficient d'un encadrement psychosocial; l'organisation s'occupe aussi des enfants non accompagnés.
L'UNICEF a appelé plusieurs fois toutes les parties en conflit à mettre fin à la violence envers les enfants et à assurer libre accès à l'aide humanitaire. Pour l'aide humanitaire au Soudan du Sud, l'UNICEF a besoin cette année de 111 millions de dollars états-uniens.

(Interview : Christophe Boulierac, porte-parole de l’UNICEF ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...