OIM: le Sahara peut être aussi mortel que la Méditerranée pour les migrants

Écouter /

La découverte lundi de 30 migrants supplémentaires à Dirkou, au nord-est d’Agadez au Niger amène à 48 le total de migrants morts trouvés dans le Sahara cette semaine, s'ajoutant au nombre croissant de personnes d'Afrique et du Moyen Orient qui périssent lors de leur voyage vers l’Europe.

Dimanche, le chef de l’OIM au Niger, Giuseppe Loprete, a rapporté la découverte de 18 victimes près de l’oasis d’Arlit, au sud de la frontière du Niger avec l’Algérie. Selon l'OIM ces 30 cadavres près de Dirkou étaient là depuis “plusieurs mois”, tandis que ceux découverts dimanche sont soupçonnés avoir décédé dans les deux dernières semaines.

“Cette tragédie met en évidence un danger redouté, mais jusque-là peu trop connu des migrants face à long périple avant qu’ils risquent leur vie en mer,” le Directeur général de l’OIM William Lacy Swing a déclaré à Genève. “Le Sahara peut être aussi mortelle que la Méditerranée pour ces migrants et tragiquement le nombre de ces décès ne sont pas signalés.”

En raison de la difficulté de rechercher les migrants en transit – parfois, perdus – dans le Sahara, seule une fraction de ceux qui perdent leur vie chaque année sont découverts, affirment les chercheurs de l’OIM. En 2014, l’OIM a enregistré un peu plus de 50 décès connus de migrants voyageant de l’Afrique du Nord sur les routes en direction de la côte méditerranéenne. “Dû au manque d'information, ces données ne reflètent pas les chiffres réels des morts”, a déclaré cette semaine un chercheur à l'OIM Brian Tara. “Certes, des centaines d’autres périssent sur ces routes chaque année à l’insu des autorités ou de la presse.”

A Bruxelles, l’OIM a appelé à davantage d’efforts de l’Union européenne pour promouvoir une migration sûre et légale dans la zone méditerranéenne. “Ceci est un phénomène qui a eu lieu avec une régularité mortelle depuis de nombreuses années et devrait convaincre nos partenaires européens et africains de l’urgence de mettre en place des mécanismes d’intervention spéciales le long des routes migratoires pour aider les gens à rester en sécurité et faire des choix de migration éclairées», a déclaré Eugenio Ambrosi, Directeur régional de l’OIM pour l’Union européenne, la Suisse et la Norvège.

“Sur le terrain, des systèmes de dépistage, d’orientation et de conseil peuvent aider à protéger les personnes les plus vulnérables aux dangers et proposer des alternatives pour réduire leurs chances de recourir à des routes mortelles et des réseaux criminels», a ajouté Eugenio Ambrosi.

L’OIM a rapporté que jusqu’au 12 Juin de cette année, environ 1 865 sont morts cherchant passage par la Méditerranée. Grâce à des efforts accrus de l’Europe pour patrouiller les routes maritimes près de 60.000 migrants jusqu’ici cette année ont été secourues dans les eaux entre les côtes de l’Italie et de la Libye.

Les prévisions des autorités nigériennes pour 2015 indiquent entre 80 000 et 120 000 migrants en provenance d’Afrique occidentale et centrale pourraient traverser le Niger vers la Libye et l’Algérie à la recherche soit de travail dans ces deux pays, ou pour atteindre l’Europe par la mer.

«Les migrants entrent au Niger de différentes façons, en particulier à travers les frontières terrestres poreuses, suivant les principales routes de l’Afrique subsaharienne», a déclaré Giuseppe Loprete de l’OIM au Niger. “Pris au piège par des passeurs et des trafiquants, ils se retrouvent souvent sans aucune ressource ou assistance.”

Entre Janvier et mai 2015, l’OIM a fourni une assistance au Niger pour plus de 5.100 migrants bloqués dans ses centres de transit.

Selon l’OIM, les victimes étaient des ressortissants africains pour la plupart de l’Ouest, y compris les citoyens du Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la République centrafricaine, le Libéria et la Guinée, avec une victime aurait Algérie. OIM Niger travaille à recueillir des renseignements confirmant l’identité de tous ceux découverts cette semaine pour informer les ambassades et les survivants respectifs

(Interview : Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM; propos recueillis par Florence Westergard).

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...