L'ONU s'inquiète du niveau de violence et de l'impunité “absolue” qui prévaut en Syrie

Écouter /

Le mois de mai a été le pire depuis le début du conflit en Syrie. C'est ce qu'a affirmé lundi matin, devant le Conseil de sécurité, Kyung-Wha Kang, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires qui a exhorté le Conseil à insister sur un règlement politique du conflit et réclamé la levée du siège imposé à plus de 420 000 personnes dans le pays.

Devant les Quinze, Kyung-Wha Kang a indiqué que la violence se poursuit dans une impunité absolue en Syrie. Elle a notamment dénoncé l'utilisation d'explosifs dans les principales villes du pays, et l'emploi de bombes baril par le Gouvernement, à Alep notamment. Elle s'est aussi inquiétée de la grave détérioration, la semaine dernière, de la situation à Kobani/Ain al Arab suite aux attaques lancées par l'État islamique pour reprendre le contrôle de cette ville.

Kyung-Wha Kang s'est aussi alarmée du fait que seulement un quart de l'appel humanitaire pour la Syrie avait été financé à ce jour. Des millions de personnes dépendent de l'aide humanitaire pour survivre et le Programme alimentaire mondial (PAM) a déjà été contraint de réduire de 30% les rations de vivres qu'il distribue, et d'autres coupes sont à prévoir si rien ne change, a-t-elle prévenu.

Alors que la Turquie, la Jordanie et le Liban continuent d'assumer la plus large part du fardeau des réfugiés, Kyung-Wha Kang a en outre jugé crucial que d'autres pays accueillent les Syriens qui cherchent refuge.

Depuis ses débuts, en février 2011, le conflit en Syrie a fait 220 000 morts, plus d'un million de blessés, 7,6 millions de déplacés et plus de 4 millions de réfugiés.

(Mise en perspective : Damien Bonelli)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...