L’ONU proclame le 19 juin Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle dans les conflits

Écouter /

Une victime de viol par des groupes armés à l’Est de la RDC.(UNHCR / B. Sokol)

Désireuse de renforcer la lutte mondiale contre les horreurs auxquelles sont confrontées les femmes et les filles situées dans les zones de conflit, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté vendredi par consensus une résolution historique proclamant le 19 juin Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle dans les conflits.

« Le viol et d’autres formes de violence sexuelle dans les situations de conflit et post-conflictuelles constituent des violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire », a déclaré le Président de l’Assemblée générale, Sam Kutesa, saluant l’adoption de la résolution. « Pourtant, ces actes dépravés se produisent encore et sont utilisés pour terroriser et contrôler les populations civiles dans les zones de conflit ».

« Ensemble, nous devons prioriser les efforts de prévention et d’intervention, favoriser l’autonomisation des victimes, fournir une assistance complète et déplacer le stigmate de honte des victimes de ces crimes vers ceux qui les commettent et les tolèrent », a-t-il ajouté.

La Journée internationale, qui sera désormais observée chaque année le 19 juin, aura pour but de sensibiliser l’opinion sur la nécessité de mettre fin à la violence sexuelle liée aux conflits et à d’exhorter la communauté internationale à se montrer solidaire des victimes de violence sexuelle dans le monde entier.

Cette nouvelle initiative est intervenue alors que des rapports récents font état d’une légère hausse des actes brutaux de violence sexuelle contre les femmes et les filles dans les zones sous le contrôle de groupes armés affiliés à l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL).

« L’utilisation du viol comme arme de guerre doit cesser », a poursuivi M. Kutesa. « Nous devons veiller à ce que les auteurs de ces crimes et les dirigeants qui tolèrent leurs actions soient tenus pour responsables afin que les victimes obtiennent justice ».

Se félicitant à son tour de la création de la Journée, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence sexuelle dans les conflits, Zainab Bangura, a salué les délégués des Etats membres pour l’attention croissante dont fait preuve la communauté internationale envers le fléau de la violence sexuelle.

Zeinab Bangura a cependant affirmé que le principal défi sera de convertir cette « volonté politique en actions concrètes et en protection sur le terrain ».

La Représentante spéciale a ajouté que cette Journée serait également l’occasion de rendre hommage aux milliers de victimes de violence sexuelle, y compris les femmes, les filles, les hommes et les garçons, qui, malgré le préjudice grave qu’ils ont subi, font preuve d’une détermination à toute épreuve et d’un courage inébranlable.

Mme Bangura est récemment rentrée d’une visite au Moyen-Orient, où elle a rencontré des femmes ayant survécu à des violences sexuelles commises par des extrémistes de l’EIIL.

D’après les informations recueillies par Mme Bangura lors de sa visite et les rapports dont dispose l’ONU, l’EIIL aurait émis un « règlement » déterminant les prix à payer pour acquérir des femmes et jeunes filles chrétiennes et yazidis, prix qui varient en fonction de l’âge.

La promesse d’actes sexuels avec des femmes et des filles a été utilisée par l’EIIL comme un outil stratégique de propagande visant à recruter de nouveaux membres, et l’ONU estime que 1.500 civils auraient d’ores et déjà été contraints à l’esclavage sexuel.

Egalement présente dans l’enceinte de l’Assemblée générale, la Représentante spéciale de l’ONU pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, a qualifié la création de la Journée internationale de « victoire pour tous les survivants qui restent trop souvent silencieux ».

« Cette journée est pour nous tous », a affirmé Mme Zerrougui. « Cette résolution est un engagement de tous les États membres à lutter contre la violence sexuelle dans les conflits ».

 

(Extrait sonore:  Cristina Perceval, Représentante permanente de l’Argentine auprès des Nations Unies)

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...